athlétisme-dopage-adidas


Le milieu de l’athlétisme mondial est tellement vérolé, corrompu, dopé que même Adidas a décidé de se retirer car le risque de salir son image de marque suite à de futurs scandales est trop grand. Encore une preuve que les politiques sont derrière ce cirque de l’amusement généralisé au prix de la morale, de la loi et, plus grave encore, de la santé des sportifs…


Adidas lâche la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).

L’équipementier sportif allemand va mettre un terme à son partenariat avec l’organisation, éclaboussée par les scandales de dopage et de corruption, quatre ans avant le terme du contrat, a révélé la BBC (en anglais), dimanche 24 janvier.

La décision d’Adidas, principal sponsor de l’IAAF, serait directement liée à la publication d’un rapport de l’Agence mondiale antidopage (AMA) détaillant « une culture profondément enracinée de la tricherie » dans l’athlétisme russe. Dans le second volet du document, publié début janvier, le président de la commission d’enquête indépendante de l’AMA avait dénoncé une corruption faisant « partie intégrante de l’IAAF », dont les dirigeants « ne pouvaient ignorer l’ampleur du dopage ».

30 millions de dollars de pertes pour l’IAAF

Selon la BBC, qui cite des sources anonymes, ces révélations ont conduit Adidas à avertir l’IAAF cette semaine de sa volonté de rompre son partenariat.L’équipementier estime que les révélations du rapport sur le dopage constituent une brèche dans son contrat avec l’instance.

L’accord, d’une durée de onze ans et d’un montant de 33 millions de dollars (environ 31 millions d’euros), a été signé en 2008 et devait courir jusqu’en 2019. La BBC, qui estime que le montant du contrat est bien plus élevé, chiffre les pertes de l’IAAF à 30 millions de dollars (environ 27,8 millions d’euros) pour les quatre prochaines années.

FranceTVinfo.fr / AFP