salah_hamouri
Le Franco-Palestinien Salah Hamouri lors de sa libération le 19 décembre 2011 à Dahyat, près de Ramallah. Il vient d’être arrêté à nouveau.AHMAD GHARABLI / AFP.

Le jour viendra où cette terre sacrée sera libérée de vos crimes, de votre haine, de vos délires criminels et sera rendue aux siens. Le temps joue en notre faveur et vous le savez. Les USA ne pourront pas toujours être derrière vous à soutenir vos crapuleries, ils sont déjà en faillite et ce n’est plus qu’une question de temps. Le monde ensuite se souviendra de votre vilenie, vous serez méprisés pour une éternité et donnés pour exemple à ne jamais suivre.


Présenté devant un juge mardi 29 août, Salah Hamouri a été placé en détention administrative pour une durée de six mois minimum.

Ce Franco-Palestinien est soupçonné d’avoir renoué avec des « organisations politiques illégales », ce qu’il nie. Salah Hamouri a déjà purgé sept ans de prison en Israël avant d’être relâché dans le cadre de l’échange de prisonniers avec Gilad Shalit en 2011. Il était accusé d’avoir projeté l’assassinat du rabbin le plus influent de l’Etat hébreu, mais s’est toujours déclaré innocent. Sa famille et ses avocats ne comprennent pas cette nouvelle condamnation.

Sans inculpation, ni jugement, Salah Hamouri va être incarcéré pour une durée de six mois minimum. Le tribunal israélien avait décidé de placer le Franco-Palestinien en résidence surveillée pour 20 jours. Mais quelques heures après ce jugement, le ministère de la Défense a émis un ordre de détention administrative.

« Je ne comprends pas, je suis très mal, raconte Hassan Hamouri, le père du jeune homme atterré par cette décision. Il pense qu’il est dangereux, mais il vient de finir ses études de droit et va devenir avocat. C’est peut-être ça qui n’est pas acceptable pour eux. »

Salah Hamouri est soupçonné d’avoir renoué avec « une organisation politique illégale » : le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Cette organisation marxiste est considérée comme terroriste par l’État hébreu.

« Ils n’ont pas de preuve, ils ont vu que Salah n’avait rien à leur cacher, assure son avocat Mahmoud Hassan. Mais quand ils n’ont rien contre un Palestinien, il le place en détention administrative et le dossier devient confidentiel. »

Ses avocats comptent donc faire appel. Le consulat de France à Jérusalem, qui a assuré jusqu’ici à Salah Hamouri une protection consulaire, continue de suivre le dossier de « très près ». Une nouvelle audience qui aura lieu jeudi 31 août confirmera la détention administrative du Franco-Palestinien.


Marine Vlahovic à Jérusalem