Conférence de Jean-Loup IZAMBERT à Ille sur Têt le 19 décembre 2015 à propos de son ouvrage : « Les démons du Crédit Agricole : (5 700 000 sociétaires floués) », comportant 398 pages.

4e de couverture :

Le bon sens près de chez vous, signature publicitaire incontestablement ancrée dans l’inconscient collectif français, a du plomb dans l’aile… la formule n’a plus rien à voir avec le Crédit Agricole d’aujourd’hui. Pour la première fois dans l’histoire de la banque, les dirigeants du groupe Crédit Agricole Mutuel spolient, en effet, leurs  » actionnaires  » majoritaires à savoir les 5 700 000 sociétaires, véritables propriétaires du capital. Acquisitions successives, filialisations diverses, privatisation puis entrée en Bourse auraient installé le Crédit Agricole Mutuel aux premières places dans la rude compétition que se livrent les banques en France et dans le reste du monde. Loin des principes fondateurs de la Coopération et de la solidarité paysanne, aux antipodes des intérêts des sociétaires, quelques hauts dirigeants du groupe se sont servis de la puissance de la banque verte, sinon avec la complicité des pouvoirs publics et des juges, au moins en se servant de leur passivité pour les premiers et de leur méconnaissance en matière de coopération pour les seconds afin d’en faire un outil au service d’ambitions hors de propos. D’acquisitions fausses d’hôtels en Guadeloupe, en placements dans des paradis fiscaux, l’argent ne se trouve plus là où il devrait être. Ce brûlot va permettre de replacer la banque du Crédit Agricole au rang qu’elle n’aurait jamais dû quitter.