C’est une guerre de propagande et de subversion sans merci ; les sionistes sont à la pointe du mensonge et de la manipulation et malgré ça, ils sont détestés et combattus par les peuples du monde entier ! Aucun mensonge, aucune somme d’argent ne pourra tordre la réalité, ni modifier la vérité, c’est ainsi que fonctionne le monde.


L’entreprise Archimedes Group, sise à Tel-Aviv, est désormais interdite sur le réseau social Facebook qui l’a identifiée comme responsable des 265 comptes diffusant des fausses nouvelles.

L’entreprise Facebook a fait savoir le 16 mai qu’elle avait supprimé 265 comptes, pages et groupes, sur Facebook et Instagram, qui faisaient partie d’un même réseau utilisé pour diffuser de fausses informations ou influer de manière malhonnête sur le débat politique, principalement en Afrique, en Asie et au Brésil. Ces comptes étaient suivis par environ 2,8 millions de personnes et ont diffusé pendant sept ans des publicités politiques pour plus de 700 000 euros.

Les équipes de l’entreprise dirigée par Mark Zuckerberg ont produit des exemples pour étayer ces accusations : des messages qui montrent que ces pages servaient à diffuser de fausses informations. Un de ces messages rendus publics, écrit en français, avait été publié par une page nommée « L’Afrique cachée », était destinée aux internautes maliens et qui assurait notamment que la société Airbus avait investi dans une mine d’or détenue par un proche du pouvoir malien.

L’enquête de Facebook a réussi à prouver que ces comptes suspects appartenaient à l’entreprise israélienne Archimedes Group, désormais interdite sur cette plateforme. Selon les informations du Monde, cette entreprise « plutôt discrète » se présente comme « une société fournisseuse d’outils électoraux, vendant notamment une suite logicielle, Archimedes Tarva, conçue pour « la gestion de campagnes de masse sur les réseaux sociaux » ou encore les « opérations nécessitant un nombre illimité de comptes ». » Ses clients sont principalement situés en Afrique sub-saharienne et en Amérique du sud. Son président-directeur général, Elinadav Heymann, aurait longtemps travaillé dans la politique en tant que lobbyiste et consultant politique, notamment à Bruxelles, après un passage dans l’armée de l’air israélienne. Il est connu comme un défenseur zélé de la ligne israélienne conservatrice, farouchement opposée au terrorisme et au boycott des produits de l’État hébreu.

Le responsable de la sécurité chez Facebook a déclaré lors d’une conférence de presse : « Certaines pages se présentaient comme étant la création d’acteurs locaux, voire comme des médias des pays concernés, et publiaient de prétendues informations confidentielles sur des hommes et des femmes politiques. Ces comptes n’ont pas été supprimés en raison de ce qu’ils disaient ou de qui les avait créés, mais en raison de leur comportement, qui visait à tromper les utilisateurs. »


Le logo de Facebook sur des autocollants à une conférence en Californie, avril 2019 (image d’illustration). © Stephen Lam Source: Reuters