Alors que les bâtiments du centre-ville de Marseille tombent en ruine sur leurs occupants causant plusieurs morts avec des centaines de personnes sans abri, Martine Vassale (LR), présidente du département des Bouches-du-Rhône veut faire voter une subvention de 1,8 million d’euros pour changer et rénover les vestiaires et sanitaires du Cercle des nageurs marseillais, club élitiste de la bourgeoisie locale. Rappelons l’état désastreux des piscines municipales marseillaises qui sont quasiment toutes fermées, mais apparemment, la bourgeoisie des quartiers sud est prioritaire !

Il est effrayant de constater à quel point les élites politiques sont totalement déconnectées du monde réel car maintenir une telle subvention après le drame tragique de la rue d’Aubagne et la colère des Gilets jaunes relève de l’inconscience politique ou tout simplement de l’arrogance !


Le conseil départemental des Bouches-du-Rhône doit voter une subvention de 1,8 million d’euros vendredi au Cercle des nageurs de Marseille, une mesure « indécente » pour la conseillère départementale EELV Michèle Rubirola, alors que Marseille connaît une crise du logement sans précédent.

La conseillère écologiste est montée au créneau sur les réseaux sociaux, s’insurgeant contre une subvention d’1,8 million d’euros d’argent public accordée au Cercle des nageurs de Marseille (CNM).

Cette subvention doit permettre la réfection des sanitaires et des vestiaires du CNM.

« Indécent quand on sait les conditions de logement déplorables de plus de 100000 marseillais, plus de 1500 personnes délogées », dénonce sur sa page Facebook l’élue.

« Quand on connaît l’état des piscines municipales, 1,8 million d’euros d’argent public qui devrait aller à l’ensemble des Marseillais, pour une seule piscine, qui certes fait du haut niveau, ce n’est pas acceptable », précise Michèle Rubirola.



8 piscines publiques fermées depuis 2008

La sénatrice des Bouches-du-Rhône Samia Ghali pointe de son côté le bilan du plan piscine, mis en place en 2008. « Moins de 6% des objectifs fixés par ce plan ont été réalisés pour un maigre budget de 8 millions d’euros sur 10 ans », explique-t-elle dans un communiqué.

« Un investissement qui se résume à 800.000 euros par an à peine pour des équipements ouverts à tous, c’est à dire un budget 2 fois inférieur à la subvention allouée au cercle privé en une seule délibération ».

Le président du CMN se défend de toute polémique. « Nous avons d’importants résultats sportifs, on accueille du jeune public, des scolaires et nos vestiaires datent de 1968; nous avons fait une demande de subvention, elle est examinée », indique Paul Leccia.

Contacté mercredi matin, le cabinet de la présidente LR du conseil départemental des Bouches-du-Rhône n’a pas répondu sur le sujet.

Cette subvention doit être soumise au vote vendredi en commission permanente.