En 1936, des scientifiques japonais regroupés dans l’Unité 731, ont utilisé des prisonniers de guerre comme des cobayes pour leurs expériences en matière d’arme bactériologique. Près de 10 000 personnes périrent au cours de ces expériences. La plupart de ces scientifiques, dont Shiro Ishii, n’ont pas été inquiétés après la fin de la Deuxième guerre mondiale, bien au contraire, leurs travaux ont été repris par l’armée américaine. C’est le pendant nippon de l’affaire Paperclip allemande…



Pingfang, quartier d’Harbin, Chine, 1936. Des scientifiques japonais mettent au point des armes bactériologiques pour que le Japon gagne la guerre. Leurs cobayes ? Bin… des prisonniers, c’est pas ça qui manque.


Source : horror humanum est