Moroccan Foreign Minister and President of COP22 Salaheddine Mezouar speaks during the presidency Daily Conference at the World Climate Change Conference 2016 (COP22) in Marrakech, Morocco November 8, 2016. REUTERS/Youssef Boudlalyo


Il est pour le moins malaisé de comprendre comment, dans le royaume du souverain qui préside, par ailleurs, le Comité El Qods, le drapeau de l’entité spoliatrice en Palestine, du reste maintes et une fois « condamnée » par l’instance onusienne, puisse côtoyer sur la même table de conférence, à Marrakech,  ceux des autres pays participants et notamment ceux des 21 parties arabes, dont le pays hôte. Car si on veut bien croire, comme l’a déclaré Hakima El Haite, la ministre déléguée chargée de l’Environnement,  que cette conférence sera « celle de l’innovation en matière d’adaptation et d’atténuation aux effets du changement climatique …. et  l’occasion de développer des outils opérationnels dans le cadre du plan Paris-Lima puis Paris-Marrakech », elle est aussi, hélas, la manifestation d’un renoncement aux principes fondateurs du front arabe du refus et de la lutte pour la résistance à l’occupation sioniste. Comment en effet admettre la proximité de ceux qui ont déraciné des oliviers millénaires et ont reconnu avoir bombardé au phosphore blanc des vieillards, des femmes et des enfants  ? Quant aux explications de Mezouar, le ministre chérifien des AE, elles ne sauraient tromper quiconque et surtout pas les masses populaires qui, elles, sont conscientes de la félonie et manifestent énergiquement leur réprobation. Honte aux auteurs de cette forfaiture.  


POLÉMIQUE – La présence du drapeau israélien à la COP22 avait suscité la colère d’associations marocaines de défense de la cause palestinienne. Le président de la COP22 et ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar vient de réagir à la polémique ce mardi 8 novembre à Marrakech.

« Cet évènement planétaire, qui traite d’une problématique universelle, est organisé par l’ONU et réunit toutes les parties membres de la convention sur les changements climatiques », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse, en réponse à une question sur la participation israélienne la COP22, ajoutant que cette conférence sur le climat est « une rencontre multilatérale onusienne que le Maroc abrite ».

Il a également fait observer que « le royaume est le premier défenseur de la cause palestinienne » et qu’il travaille « en étroite collaboration avec les Palestiniens au service de cette grande cause portée par tous les Marocains ». « Le Maroc n’a de leçons à recevoir de personne sur son engagement constant pour dénoncer et combattre les positions inacceptables d’Israël », a-t-il ajouté, rapporte l’agence officielle MAP.

Rappelant que la Palestine est également présente lors de cette grand-messe internationale sur le climat, M. Mezouar a souligné que le Maroc « a défendu et a porté à bras-le-corps l’adhésion de la Palestine en tant que membre observateur au sein de l’ONU ».

« Le changement climatique est un combat planétaire qui concerne l’ensemble de l’humanité. La lutte contre cette problématique est une œuvre qui nécessite l’engagement de tout le monde », a-t-il conclu.

Al Huffington Post [Maghreb] — MAP