Ce n’est pas cher payé la destruction de quatre vies humaines, il faut croire que la justice française est extrêmement clémente envers les prédateurs pédophiles ! On se demande d’ailleurs à quoi peut bien servir une injonction de soins pour un sociopathe pareil ! Une société qui n’est pas capable de se débarrasser de personnalités aussi destructrices n’est pas une société civilisée car elle est incapable de protéger les plus fragiles.


L’ancien chirurgien était notamment jugé pour des faits commis sur ses deux nièces. La cour ordonne aussi un suivi socio-judiciaire de trois ans et une injonction de soins à son encontre.  

L’ancien chirurgien Joël Le Scouarnec a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour viols et agressions sexuelles sur quatre mineures. Le verdict est tombé jeudi 3 décembre, dans la soirée, après quatre heures de délibération. À son énoncé, Joël Le Scouarnec n’a pas eu un regard pour les victimes. Il est resté droit dans le box, les lèvres pincées, les bras croisés, le regard fixe et sera le premier à s’éclipser de la salle d’audience.

Quelques mètres en face de lui, sur le banc des parties civiles l’émotion a surgi au contraire dans un cri, presque un hoquet de surprise. Les nièces de Joël Le Scouarnec se sont aussitôt effondrées en sanglot, se prenant dans les bras, entre rires et larmes. « Elles revivent, elles respirent, s’est réjoui leur avocate Maître Delphine Driguez. Il y a un changement de visage de leur part, ce qui me permet de dire que même si ça peut paraître peu, à l’égard de tout ce qu’il a fait, c’est une décision qui est juste quand même. »

« Amnésie » et « aveux stratégiques »

Joël Le Scouarnec était jugé depuis lundi, à huis clos, devant la cour d’assises de Charente-Maritime. Le procès concernait des faits commis sur quatre mineures à l’époque des faits : ses deux nièces, une petite patiente de l’hôpital de Loches, et une petite voisine de Jonzac, qui l’avait dénoncé. Durant l’audience, Joël Le Scouarnec a reconnu des faits de viols, mais au compte-gouttes, oscillant, selon des avocats de parties civiles, entre « amnésie » et « aveux stratégiques ».

Juste avant la délibération des jurés, l’ancien chirurgien avait adressé quelques mots à la cour.


Photo d’illustration : Le palais de justice de Saintes (Charente-Maritime) où s’est tenu le procès de Joël Le Scouarnec. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Margaux Stive  
Radio France
3 décembre 2020