jerome_cahuzac
Jérôme Cahuzac, lors d’une conférence de presse, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 20 novembre 2012.  (CITIZENSIDE.COM/AFP).

Il eût été plus judicieux et correct d’attendre le verdict définitif, en appel, avant de prendre une telle décision, car si la condamnation est confirmée, un tel honneur ne lui siérait point et serait une insulte aux citoyens honnêtes.


Avant de quitter le ministère de l’Économie et des Finances, Michel Sapin a décidé de faire accrocher le portrait de chaque secrétaire d’État au Budget. Le cas de l’ancien ministre condamné pour « fraude fiscale » a fait débat, mais il figurera finalement avec les autres.  

Faut-il accrocher le portrait de Jérôme Cahuzac à Bercy ? La question s’est posée très sérieusement, rapporte Le Parisien mercredi 3 mai. Le ministre de l’Économie Michel Sapin a tranché : l’ancien ministre, condamné en première instance pour « fraude fiscale » et « blanchiment de fraude fiscale », aura son portrait sur un mur du ministère de l’Économie et des Finances.

Michel Sapin a en effet pris une décision inédite avant de quitter de Bercy : « les secrétaires d’État au Budget auront aussi leur bobine sur le mur. »  Le cas de Jérôme Cahuzac a posé « très sérieusement » question avant d’être tranché, selon Le Parisien. 

Condamné à trois ans de prison en 2016

En décembre 2016, l’ancien ministre délégué au Budget a été condamné à trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité par le tribunal correctionnel de Paris. Jérôme Cahuzac a été reconnu coupable de « fraude fiscale » et « blanchiment de fraude fiscale » dans l’affaire de son compte caché en Suisse et à Singapour. Il a fait appel de sa condamnation.


France TV Info