église_mali_euros_suisse


L’église catholique moderne perd toute crédibilité avec ce scandale supplémentaire concernant 7 comptes bancaires suisses garnis de plusieurs millions d’euros appartenant à la conférence épiscopale du Mali. C’est à peine croyable ! Qu’ils magouillent avec la mafia napolitaine ou les loges maçonniques du Grand Orient spaghetti (Loge P2/Licio Gelli…), pourquoi pas ! Mais de là à piller les pauvres africains qui sont déjà dans des situations extrêmement précaires, il faut dire que c’est le comble.


La Conférence épiscopale du Mali a ouvert sept comptes bancaires chez HSBC à Genève, selon les documents de la vaste enquête « SwissLeaks ».

Une histoire « rocambolesque » qui ébranle l’Église du pays.

L’onde de choc des « Swissleaks » frappe le Mali. La Conférence épiscopale du Mali a ouvert sept comptes bancaires chez HSBC à Genève en 2002, selon les révélations du Monde. Cette histoire rocambolesque mêle opacité, rencontres secrètes entre clergé malien et banquiers suisses et soupçons de détournements de fonds, raconte le quotidien du soir.

Les comptes étaient crédités de 12 millions d’euros (soit 7 milliards de francs CFA), selon les derniers relevés bancaires datés de 2007. Ces informations proviennent des documents obtenus par le journal français en 2014, et partagés avec le Consortium de journalistes d’investigation (ICIJ). L’enquête, à laquelle Le Temps a participé, dévoile un vaste système d’évasion fiscale qui prend racine dans HSBC Private Bank, filiale suisse de l’établissement bancaire britannique.

« C’est un vieux compte »

Les trois plus hauts dirigeants chrétiens de l’époque sont impliqués dans cette histoire. Désormais cardinal, l’archevêque de Bamako, Mgr Jean Zerbo, était en charge des finances de la Conférence épiscopale du Mali. « C’est un vieux compte. Il s’agit d’un système que nous avons hérité de l’Ordre des missionnaires d’Afrique qui géraient l’église », a-t-il indiqué à un journaliste du Monde à la sortie d’une messe. Ces comptes seraient toujours actifs chez HSBC Private Bank à Genève, qui n’a pas souhaité répondre aux questions du journal français. D’après les fichiers internes de HSBC, plusieurs rencontres ont eu lieu entre deux banquiers et les trois responsables religieux maliens. Les dons des fidèles maliens dorment-ils dans une banque suisse ? Le manque de transparence des trois dirigeants chrétiens agace. « Il y a une grande opacité dans la gestion des ressources de notre confession. Cela fait des années que ça dure. Et ça commence à nous monter à la tête. Profitant de l’extrême passivité des fidèles, ils se permettent tout et ne rendent de comptes à personne », indique un responsable de la jeunesse chrétienne de […]


Le Temps [Suisse]