On voit dans l’exemple madrilène qu’il est possible de vivre avec le virus car on n’a pas le choix en réalité. On ne peut pas confiner ad vitam aeternam et détruire la santé mentale de tout un peuple ainsi que toute son économie !


L’Espagne a depuis longtemps renoncé à tout confinement, arguant qu’elle n’en avait pas les moyens financiers.

Sa capitale Madrid a donc décidé d’apprendre à vivre quasi normalement avec le virus, au prix d’une discipline de fer.


Le virus n’a pas disparu du paysage pour autant. Difficile de trouver un visage non masqué. Impossible de s’agglutiner dans les magasins. Les capacités d’accueil sont limitées et la prise de température quasi systématique. Avec 230 cas pour 100.000 habitants, le taux d’incidence à Madrid est deux fois moins élevé qu’à Paris. Pour les Madrilènes, l’explication est simple : liberté ne veut pas dire absence de responsabilité. En lieu clos, à défaut de pouvoir mettre le virus KO, tout est fait pour limiter au maximum sa transmission.


site logo

TF1
29 mars 2021