image


Faut-il être misérable pour aller voir la dernière pièce de théâtre de l’insipide Florian Zeller, à laquelle s’est ruée toute la crasse médiatique, Claire Chazal, Nagui, Valls, Pujadas… Pourtant, le titre indigent de cette pièce m’intéresse : « Le mensonge ». Car j’ai observé que plus le mensonge est grand plus la solitude est profonde. Et aujourd’hui, les âmes individuelles se sentent plus seules que jamais en ce bas monde gangrené par le mensonge, le simulacre… Combien on doit se sentir seul au milieu de la vermine médiatique !… « Mensonges et solitude », voilà un bon titre. Ce mensonge moderne a tellement triomphé que tous les liens sociaux sont devenus faux, et les liens familiaux ne sont pas loin de le devenir aussi. Tous ces liens étant faux nous sommes donc plongés dans la solitude, malgré l’industrie féroce du divertissement (le supposé lien social lui-même est un mensonge puisqu’il n’y a plus de lien social, car il n’y a plus que des rapports marchands sous-tendant un lien social factice, dit Étienne Balibar). Cette solitude est tellement effrayante que ce divertissement industriel pourtant paroxystique a de plus en plus de mal à la masquer. Comprenons-bien que cette solitude devenue « inmasquable » est un signe flagrant que le jour du Jugement dernier est imminent. Effectivement, en ce jour terrible les âmes seront implacablement seules devant le divin tribunal, ni père, ni frère, ni mère, ni enfants, ni amis (ni même Dieudonné !) ne pourront nous secourir, nous aider, nous soutenir, nous défendre, intercéder en notre faveur… dit le Coran. Et notre richesse, notre fortune ne nous sera non plus d’aucun secours. Certains comprendront, trop tard, qu’il n’y a de réconciliation qu’avec Dieu, et d’égalité que dans le jugement divin. La solitude au Jugement dernier c’est exactement la solitude moderne sans le divertissement, une solitude parfaitement intenable, insupportable… quand on n’a pas foi au divin. Lorsque le divertissement et le spectacle (fût-il dissident) ne parviendront plus à masquer la solitude (nous en sommes si proches), l’horrible solitude finale se révélera (l’Apocalypse sera le moment de cette révélation, Apocalypse étant un mot grec signifiant « découvrement », de « apo » privatif, et « calypto » couvrir). Solitude finale parce que insupportable, et que l’humanité en périra. Solitude qui n’est finalement qu’une perception de la vérité, perception abominable, étant entendu qu’il y a aussi la perception extatique de la vérité… Un bon croyant est celui qui ne se sent plus seul, et qui ne demande qu’une chose à Dieu, de ne pas l’abandonner.