Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Eco & Finance

Christine Lagarde défend encore l’euro 

Cette dame qui a été condamnée par la cour de justice de la république ose encore donner son avis sur des questions économiques alors qu’elle a été reconnue coupable d’avoir donné 404 millions d’euros à Bernard Tapie et au mieux de s’être fait avoir et donc d’avoir manqué d’intelligence et de perspicacité dans un dossier de près d’un demi milliard d’euros. Dans tous les cas elle devrait dégager le plancher le plus vite possible. Dans une société civilisée où la justice est juste et efficace, elle serait déjà en prison. Il n’y a qu’en France, dans le monde occidental moderne en général, que des voyous se pavanent de la sorte, tout en dirigeant de grandes institutions voire des gouvernements, après avoir été reconnus coupables dans des scandales aussi importants et retentissants.

Eco & Finance

Prévisible : le gouvernement français « maintient toute sa confiance » en Christine Lagarde !!! 

Pourquoi pas quand on sait que c’est le précédent gouvernement de Sarközy, via Guéant et Pérol (Rothschild), qui ont donné le 1/2 milliard d’euros à Bernard Tapie. Qui ferait confiance à une personne qui a perdu 1/2 milliard d’euros des caisses du Trésor ? Qui laisserait passer une telle faute professionnelle ? Personne, absolument aucun patron dans le privé ni dans le public sauf pour les dirigeants la nation.

Eco & Finance

Arbitrage Tapie Christine Lagarde, coupable sans peine 

Le procès intenté à l’ancienne ministre de l’Économie, Christine Lagarde, a connu, à utiliser un euphémisme, un dénouement pour le moins peu ordinaire. La Cour de Justice de la République, une juridiction spéciale créée en 1993 a eu à juger en premier, l’horrible affaire du sang contaminé. Laurent Fabius et Georgina Dufoix avaient été épargnés, tandis qu’Edmond Hervé, Secrétaire d’état à la Santé avait été jugé coupable mais dispensé de peine. C’est d’ailleurs lors de cette affaire que le fameux concept de responsable mais non coupable est né.