Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Informations

La liberté, c’est la mort, par Pierre Dortiguier 

Ainsi peut-on, depuis toujours, formuler la tyrannie républicaine, du moins dans le pays qui a forgé cette formule terroriste : la liberté ou la mort. Dans les procès européens, et particulièrement en Autriche, les esprits forts sont condamnés à des mois de prison, voire des années, comme c’est le cas de l’ingénieur Wolfgang Frölich à Krems, en cette Basse-Autriche où j’ai connu la fille poétesse d’un illustre philosophe et aristocrate dont l’unique fils était devenu une notabilité musulmane et professeur à Heidelberg. Cette région fut pillée et affamée par les troupes tricolores napoléoniennes qui semaient la mort. Le scientifique autrichien, leur compatriote, a été, pour une simple opinion hérétique, en matière de faits qui auront dans trente ans un siècle d’existence, été condamné, ayant maintenant 64 ans, à être emprisonné depuis 2007, sans compter les autres peines antérieures,

Géopolitique

L’authentique testament politique d’Hitler, par Pierre Dortiguier 

Sous ce titre a paru, il y a une génération, avec une préface de l’ambassadeur de France en Allemagne, André François Poncet, qui avait bien connu le Chef de l’Etat, c’est-à-dire, à traduire le latin caput qui donne chef, la tête de l’Allemagne, une suite de considérations rassemblées par François Genoux et que lui aurait donné la veuve de Martin Bormann. L’édition allemande accompagnée d’un essai par Hugh R. Tvor-Roper, parue en 1981 à Hamburg, reprenait le même texte de François Poncet, mais en postface. Le titre complet men

Géopolitique

Le Gabon des logeards, par Pierre Dortiguier 

Il ne s’agit pas de faire ce qui n’est pas en notre pouvoir, comme de vérifier tel fait que l’on nous rapporte de la vie des saints, mais il revient assez souvent, dans l’islamité que tel personnage brillant par sa piété, est tombé victime d’un empoisonnement : donner des noms est inutile pour notre démonstration que le poison est, avec la calomnie, sorte de toxicité mentale, l’arme favorite des forces malsaines. C’est ainsi que l’on échappe au tranc…