Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Réseaux & Lobby

Daniel Cohn Bendit : vrai pédophile, faux révolutionnaire, collabo de Macron ! 

Sept ans après la révolution sexuelle de mai 68, dans son livre « le grand bazar » édité chez Belfond en 1975, Dany le rouge se vantait de se faire ouvrir la braguette par des enfants et de les caresser. Sept ans plus tard, le 23 avril 1982, il récidivait sur le plateau d’Apostrophes dans une émission titrée « Quelles valeurs pour demain ? ». Je cite : « La sexualité d’un gosse c’est absolument fantastique […] Quand une petite fille de 5 ans, cinq ans et demi, commence à vous déshabiller, c’est fantastique, c’est fantastique parce que c’est un jeu, c’est un jeu absolument érotico-maniaque ». Entre la publication du bouquin et la diffusion de l’émission de Bernard Pivot, ce pervers s’inscrivait en 1980 au parti Allemand Grünen (Verts) dont certains adhérents militaient officiellement pour dépénaliser la pédophilie. Daniel Cohn Bendit n’a jamais dénoncé ces pratiques, donc même si il s’en défend, il est bien pédophile au sens le plus infect du terme. C’est aussi un vrai-faux révolutionnaire capable de cirer les pompes à Macron, par exemple dans le documentaire « La traversée » de Romain Goupil.

Politique

L’oraison funèbre de Cohn-Bendit par P. Dortiguier 

Dans un récent entretien paru sur la toile, qui s’accorde avec la politique spectacle que ses séides dénonçaient dans cette révolution de palais que fut l’année 1968, où la jeunesse fut agitée par cet homme aux mœurs détestées par les Anges, Dany le Rouge, que nous connûmes en 1966 titulaire d’une bourse de réparation allemande, dont la mère était réputée sioniste de gauche, et avait lui-même reçu une formation secondaire non laïque, né à Montauban en 1945, et qui vient, comme il s’en félicite, de retrouver une nationalité française par les soins du ministre actuel de l’Intérieur, déclare que la France a 1/100 d’influence dans le monde, et ajoute qu’il a comme vœu ultime, une fois envisagée quelque élection prestigieuse européenne, une fois octogénaire, de composer son oraison funèbre.