Non seulement Netflix, en censurant cette émission humoristique, a montré à quel point ses responsables sont hypocrites, car animés du seul souci de continuer à vendre leurs produits en Arabie Saoudite, mais lorsque leur manœuvre sera découverte, ils feront valoir une excuse ridicule en expliquant que le royaume maudit s’était abrité derrière une loi sur la cybercriminalité ! La démocratie et la liberté d’expression c’est très bien, mais il ne faut surtout pas que ça mette en difficulté le business !

Le MBS est en effet très cool, il permet à la femme saoudienne de se libérer, à la maçonnerie de s’installer… par contre il ne faut surtout pas s’amuser à le critiquer au risque de se retrouver découpé en fines tranches de chawarma


La plateforme de vidéo à la demande a retiré de son catalogue saoudien un épisode d’une émission satirique qui critiquait le royaume à propos du meurtre du journaliste début octobre.

Netflix a retiré de sa plateforme en Arabie saoudite l’épisode d’une émission satirique critiquant le royaume, s’attirant aussitôt des accusations de censure, a rapporté mardi le Financial Times.

Dans cet épisode de « Patriot Act with Hasan Minhaj », l’humoriste et commentateur politique américain parlait du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et critiquait le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) ainsi que la campagne militaire menée par l’Arabie au Yémen.

« C’est le moment de réévaluer notre relation avec l’Arabie saoudite », dit Hasan Minhaj dans l’épisode.

« Il y a des gens en Arabie saoudite qui luttent pour de vraies réformes mais MBS n’est pas l’un d’eux »

Le Financial Times affirme que le service de vidéo à la demande a retiré l’épisode après avoir reçu une requête de la part du royaume, selon laquelle la vidéo violerait une loi contre les cyber-crimes.

Contactés, Netflix et le ministère saoudien de l’Information n’avaient pas répondu dans l’immédiat. Mais cité par le quotidien, Netflix a défendu sa décision…