Au-delà de l’aspect symbolique d’une telle hausse qui a été – rappelons-le quand même – le facteur déclenchant de la révolte des Gilets jaunes et qui laisse imaginer que la rentrée va être extrêmement violente étant donné les dérapages sur les augmentations des prix aussi bien des carburants que de l’électricité… nous avons voulu faire remarquer à nos lecteurs que pendant qu’en France on augmente les prix des carburants en nous expliquant que la matière première a augmenté ; en Algérie, grand producteur de pétrole, le gouvernement explique qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses car le prix du pétrole a trop baissé ! Comprenne qui pourra.


La hausse intervient alors que le poste transport pèse à hauteur de 23 % sur le budget moyen des vacances de chaque foyer français.

Mauvaise nouvelle pour tous ceux qui vont prendre leur voiture pour partir en vacances et pour tous les usagers réguliers de la route. Selon le dernier relevé du ministère de la Transition écologique publié lundi, le prix des carburants a pris un sacré coup de chaud depuis le début du mois de juillet.

En une semaine, le prix du litre de gazole et du sans-plomb 95 à la pompe a augmenté de deux à trois centimes. Désormais, le gazole, qui représente toujours 80 % du volume des ventes, s’affiche en moyenne à 1,4227 euro le litre, soit 1,93 centime de plus que la première semaine de juillet.

Quant au prix du litre d’essence sans plomb 95 (super SP95), il a augmenté de 2,89 centimes pour passer à 1,5207 euro. Le SP95-E10 (avec 10 % d’éthanol) est sur la même tendance avec une progression de 2,37 centimes à 1,5207 euro.


Seul le sans-plomb 98 (SP98) a connu une hausse plus limitée, de 1,38 centime, pour s’afficher à 1,5852 euro.


Éviter une dégringolade des prix

Cette hausse devrait se poursuivre. Début juillet, les pays de l’Opep et leurs alliés, comme la Russie, ont fermé les robinets pour faire remonter les cours du baril de pétrole. Depuis 2017, les nations exportatrices cherchent à éviter une dégringolade des prix, comme en 2014 et 2016 avec un baril à moins de 30 dollars…


Photo d’illustration : En une semaine, le prix du litre de gazole et du sans-plomb 95 à la pompe a augmenté de deux à trois centimes. LP/Hendrik Delaire

LeParisien

16 juillet 2019