Juste sublime ! Le président de l’Assemblée nationale, Monsieur Richard Ferrand, pilier du nouveau parti présidentiel, vient d’être ridiculisé par l’ex-maire de Genève, Guillaume Barazzone, qui n’a pas supporté la critique du premier concernant les votations suisses en les accusant d’être manipulées par des lobbys et autres margoulins. Monsieur Barazzone a exigé des excuses d’autant qu’il estime, lui et ses concitoyens, qu’il n’a aucune leçon de morale à recevoir d’une personne sous le coup d’une enquête pour « abus de confiance » et « prise illégale d’intérêts » instruite par trois juges* du parquet de Lille concernant l’acquisition de l’immeuble des Mutuelles de Bretagne dans le cadre d’une SCI gérée par sa compagne. Du haut de son arrogance, Monsieur Richard Ferrand va exiger de son confrère helvète de corriger son accusation et de ne pas diffuser de fausses nouvelles ! Mal lui en prit puisque ce même Monsieur Barazonne ira lui poster la vidéo de son intervention à l’Assemblée nationale dans laquelle, en tant que président du groupe LAREM, il tient exactement les propos incriminés ! C’est donc bien Monsieur Richard Ferrand qui diffuse des fausses nouvelles, une fake news en bonne et due forme tout en accusant son adversaire d’en être le coupable ! C’est l’inversion accusatoire coutumière des élites politiques dégénérées françaises.

L’affaire a fait grand bruit de l’autre côté des Alpes et de nombreux journaux suisses ont repris cette polémique. Bien sûr, comme on pouvait s’y attendre, Richard Ferrand ne s’est pas excusé et ne compte certainement pas le faire. Ceci démontre encore une fois que nous sommes dirigés par des élites malades, totalement déconnectées du monde réel et qui osent mentir effrontément alors qu’il nous est fort aisé de démontrer leurs mensonges, sachant qu’ils sont filmés quasiment tout le temps !

* Le 18 janvier 2018 dernier, le parquet de Lille a ouvert une information judiciaire pour « prise illégale d’intérêts » et 3 juges d’instruction ont été désignés dans cette affaire d’abus de confiance.