roundup


Cette autorisation de 18 mois supplémentaires prouve que le maître du jeu est le lobbyiste surpuissant qui décide des lois et des autorisations au mépris de la santé et de l’intérêt des peuples. Preuve en est : si le glyphosate est dangereux, qu’il soit définitivement interdit ! Sinon, qu’il soit autorisé pour toujours et non pas seulement pour une période donnée. Cette mesure n’a donc aucun sens scientifique et ne répond à aucune logique ! D’aucuns se demandent encore d’où viennent les 350.000 nouveaux cas annuels de cancers (+ les 150.000 morts) ?!!

Aujourd’hui, le Brexit aidant, si les Anglais veulent interdire ce poison, ils peuvent le faire plus facilement, d’où la nécessité de sortir de l’UE et le plus sera le mieux.


Bruxelles a justifié cette décision par le refus des États membres de « prendre leur responsabilité » sur le sujet.   

La Commission européenne a annoncé mercredi 29 juin la prolongation de l’autorisation d’utiliser du glyphosate dans l’Union européenne, pour une période de 18 mois maximum. L’usage de cet herbicide, qui pourrait avoir des effets sur la santé, divise depuis plusieurs semaines les États membres.

Dans un communiqué, l’exécutif européen a expliqué avoir « décidé de prolonger l’autorisation du glyphosate pour une période limitée, jusqu’à ce que l’Agence européenne des produits chimiques publie son avis, au plus tard à la fin de 2017 ». La Commission s’est résolue à assumer la prolongation de la licence du glyphosate, faute d’être parvenue à trouver une majorité qualifiée auprès des Etats membres.

Les représentants des 28, réunis à plusieurs reprises au sein d’un comité technique chargé de se prononcer sur l’autorisation de certaines substances chimiques, n’ont jamais réussi à s’entendre sur la question. Lors d’un dernier vote le 24 juin, malgré une majorité simple de 19 pays en faveur de l’interdiction, la proposition de la Commission avait été rejetée car le quorum n’était pas atteint en terme de population représentée (52% contre 65% requis).

France TV Info / AFP