Cet article date de mars 2019 mais il est toujours intéressant de revenir sur ce genre de dérives. Les Corses LGBT n’en veulent pas mais Marlène si ! Est-ce le rôle de l’État de pousser à réaliser une gay pride en Corse ou ailleurs ? Surtout dans un pays aussi fragile, détruit économiquement, moralement… Est-ce une priorité ? Non. Mais pour Schiappa, rien n’est plus urgent ni plus important !

Près de 500 personnes meurent chaque année dans les rues françaises et parmi elles des enfants de 5 ans et des personnes âgées ! En voilà une priorité gouvernementale !


La secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa a annoncé vouloir organiser une gay pride à Ajaccio, sans avoir consulté les membres de la communauté LGBT+ locaux.

Une première gay pride à Ajaccio ? C’est le projet de Marlène Schiappa annoncé dans une interview à l’hebdomadaire Valeurs actuelles, jeudi 21 février. « Il n’est pas sûr qu’on y arrive », précise-t-elle aussitôt. Et pour cause, les associations LGBTQ+ locales n’auraient pas été consultées en amont par la secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les hommes et les femmes, d’origine corse.
Selon le journal L’Opinion, le projet est apparu en novembre 2018, où le président de la République Emmanuel Macron a reçu à l’Élysée l’Inter-LGBT, fédération regroupant une soixantaine d’associations luttant pour les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres. Il a été question des régions où il est difficile d’assumer son homosexualité, la Corse a été mentionnée, en présence de la secrétaire d’État.

« Comme une boutade »

Le préfet en charge de la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) aurait émis l’idée d’organiser une marche des fiertés à Ajaccio, « comme une boutade ». Mais depuis, Marlène Schiappa travaillerait à la préparation de cette marche. Problème : les membres de la communauté LGBT+ locaux n’ont pas été sollicités. Notamment parce que la communauté n’est pas encore structurée sur l’île. Comment, dans ces cas espérer mobiliser les foules ? La réponse, peut-être dans quelques mois dans les rues d’Ajaccio, si le projet de Marlène Schiappa aboutit.


Photo d’illustration : Archive : gay pride à Nice en 2018 • © BELPRESS/MAXPPP

6 mars 2019 et 11 juin 2020