Ce désistement ne peut que confirmer ce que nous pensions tous de Nicolas Sarkozy et de sa gêne évidente à aller jusqu’au bout des plaintes. Il se retrouverait à devoir expliquer une affaire extrêmement grave de financement de parti politique devant la 17e Chambre pour une ridicule histoire de diffamation, ce qui serait, en effet, suicidaire. Pourtant, cela n’a pas empêché le conseil de Nicolas Sarkozy d’affirmer exactement le contraire devant la presse en expliquant que ce désistement prouve que son client n’a rien à se reprocher ! On marche sur la tête, mais c’est ainsi depuis déjà un bon moment…


Nicolas Sarkozy s’est désisté de son action en diffamation contre l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, qui devait être jugé en septembre à Paris pour avoir affirmé à Mediapart avoir remis 5 millions d’euros d’argent libyen au camp de l’ancien chef de l’État, a appris mardi l’AFP de sources concordantes.

Dans une lettre adressée lundi au tribunal et dont l’AFP a eu connaissance, Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy, annonce que son client « se désiste purement et simplement de cette instance ». L’avocat explique ce désistement par des éléments « révélés par la presse » au printemps, qu’il considère à décharge pour Nicolas Sarkozy dans l’enquête en cours sur les soupçons de financement par l’ex-régime de Kadhafi de sa campagne présidentielle de 2007, car venant « démentir cruellement les différentes déclarations » de Ziad Takieddine.

Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy est mis en examen depuis mars 2018, notamment pour « corruption passive » et « recel de détournements de fonds publics libyens », des faits qu’il conteste. La cour d’appel de Paris examinera ses recours le 17 octobre. Nicolas Sarkozy « attendra donc l’issue de cette information (judiciaire, ndlr), qui fera nécessairement litière des assertions infondées et mensongères qu’il avait souhaité poursuivre (…) ce qui lui permettra alors de faire rétablir ses droits, sur un autre fondement procédural, à savoir celui de la dénonciation calomnieuse », poursuit l’avocat.

Le procès de Ziad Takieddine, qui était prévu les 26 et 27 septembre devant le tribunal correctionnel, est donc annulé. Il reste toutefois poursuivi par l’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant pour la même vidéo publiée par Mediapart et doit comparaître le 19 décembre prochain. Dans cette vidéo publiée…


Le Figaro [La Rédaction]

9 juillet 2019