Source : PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/Julio Pelaez

Le scandale de la Dépakine, est la suite de plusieurs autres, dont le Médiator, mais aussi le Requip, le Vioxx, Distilbène, et Thalidomide. Au lieu de faire cesser les agissements de Big Pharma, l’État va quémander un geste de la part de cette même industrie pharmaco-chimique qui va continuer à produire ses médicaments aux effets secondaires. Nous renvoyons aux lecteurs au livre d’Antoine Béguin et de Jean Christophe Brissard : « Effets secondaire – Le scandale français«  aux éditions First Éditions.


La Dépakine a provoqué des malformations et des troubles neuro-développementaux chez des dizaines de milliers d’enfants dont les mères étaient sous traitement…

L’Etat discutera avec le groupe pharmaceutique Sanofi-Aventis sur les montants d’indemnisation face aux malformations et troubles de développement causés par le valproate. Cette substance prescrite pendant un demi-siècle contre l’épilepsie et les troubles de l’humeur mais dangereuse pour les fœtus, a annoncé lundi la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

La ministre était interrogée sur France Inter au sujet de la  Dépakine de Sanofi et d’autres médicaments responsables depuis 1967, selon l’Assurance maladie et l’Agence du médicament (ANSM), de malformations chez 2.150 à 4.100 enfants, et de troubles neuro-développementaux chez 16.600 à 30.400 enfants.


Source : 20minutes.fr