Voici encore une fois la preuve que les autorités françaises sont impliquées dans le désordre libyen jusqu’au cou avec l’arrestation de ces pseudo diplomates surarmés à la frontière tuniso-libyenne. Le communiqué de l’ambassade de France à Tunis ne peut être pris au sérieux étant donné que si les autorités tunisiennes étaient au courant, le convoi n’aurait pas été arrêté et fouillé de la sorte. D’autant qu’il est question également de l’arrestation de 11 autres personnes qui ont essayé de passer en Tunisie à bord de zodiaques interceptés par la marine tunisienne.

Rappelons que la France est la première responsable du chaos libyen à cause de la guerre déclenchée contre Kadhafi et son assassinat. Bernard-Henri Lévy et Sarkozy sont les premiers responsables du chaos libyen.


Le ministre tunisien de la Défense a déclaré à la radio Shems FM qu’une délégation de « 13 diplomates français armés » avait été arrêtée à la frontière entre la Libye et la Tunisie, précisant que « des munitions » avaient été saisies.

L’ambassade de France à Tunis a également réagi à cette information.

Dans une déclaration à la radio Shems FM, Abdelkarim Zbidi, ministre tunisien de la Défense nationale, s’est exprimé sur l’information rapportée par Mosaïque FM concernant l’arrestation de « membres d’une délégation diplomatique en provenance de Libye » à la frontière entre les deux pays. Le ministre a affirmé qu’il s’agissait « de diplomates français armés » qui ont refusé de rendre leurs armes. L’ambassade de France à Tunis s’est également exprimée à ce sujet via un communiqué publié sur son site officiel.

Le responsable a déclaré que « 13 individus de nationalité française, sous couvert diplomatique, ont tenté de franchir les frontières tuniso-libyennes à bord de six voitures tout-terrain et ont refusé de rendre les armes dont ils disposaient ». « Les munitions qui étaient en leur possession ont été mises en sécurité dans la caserne de Ben Guerdane », a-t-il ajouté, soutenant que « nos frontières terrestres, aériennes et maritimes sont sécurisées et sous contrôle ».

Auparavant, Mosaïque FM avait indiqué qu’une délégation de « 10 diplomates français » en provenance de Libye avait été arrêtée au poste frontalier de Ras Jadir. Les diplomates étaient « à bord de véhicules portant des plaques d’immatriculation diplomatiques », a ajouté le média, indiquant qu’ils « ont remis leurs armes aux services de sécurité du point frontalier ». « Mais voilà que d’autres armes ont été découvertes dans une voiture, sans qu’elles n’aient été déclarées ou livrées aux autorités », a-t-il précisé.

À la suite de l’annonce de cette information, l’ambassade de France à Tunis un publié un communiqué confirmant qu’il s’agissait bien de diplomates français, mais sans s’exprimer sur la question des armes qui n’auraient pas été déclarées à la police aux frontières.

« L’un des déplacements, que l’Ambassade de France pour la Libye effectue régulièrement entre Tunis et Tripoli, s’est fait par…


Photo d’illustration : Frontière tuniso-libyenne © REUTERS/ Zohra Bensemra

Sputnik News