Trump a défait tout ce que Obama avait installé. D. R.

Ce n’est un secret pour personne, l’État voyou américain, le plus grand criminel de masse de tous les temps, le semeur de troubles et de désordre, continue d’installer ses bases militaires un peu partout dans le monde et d’assassiner qui il désire grâce aux drones tueurs ! C’est une nouvelle trahison des responsables politiques nigériens qui se soumettent à l’empire Yankee et on peut imaginer dès à présent la multiplication des bavures et massacres de civils comme c’est toujours le cas avec ces drones de bouchers.


Les États-Unis ne disposent pas de deux, mais de trois bases militaires au Niger et l’une d’elles appartient à la CIA.

C’est la révélation que vient de faire le New York Times dans un article consacré à la présence militaire américaine au Sahel.

Le quotidien américain, qui cite des responsables à Washington, précise que la base affectée à la centrale américaine de renseignements se trouve à Dirkou, dans le nord du pays et est conçue pour accueillir des drones tueurs de type « Predator ».

Ces drones décollent de Dirkou pendant la nuit, généralement entre 22 heures et 4 heures du matin. « […] Un journaliste du New York Times a vu un tel appareil, ayant environ la taille d’un drone Predator, voler au moins trois fois en six jours au début du mois d’août », rapporte le quotidien. La même source ajoute que ces drones jusque-là limités aux seuls vols de renseignement et d’observation pourraient dorénavant être utilisés par la CIA pour effectuer des frappes ciblées, « compte tenu de la menace croissante dans le sud de la Libye.»

La CIA n’a semble-t-il pas souhaité commenter les informations du New York Times. Cependant, des responsables nigériens ont confirmé la présence de drones américains à Dirkou. Le maire de la localité, Boubakar Jérôme, s’en est même félicité, puisqu’ils auraient contribué à « améliorer la sécurité ». De son côté, le ministre nigérien de l’Intérieur, Mohamed Bazoum, a seulement reconnu que de tels appareils y avaient été envoyés, sans donner plus de précisions.

Il est à rappeler que l’utilisation de drones par la CIA avait été limitée par l’ancien président américain, Barack Obama, à la suite de raids qui avaient fait des victimes civiles. Obama préférait confier ces opérations à l’armée, plutôt qu’aux services secrets pour un meilleur contrôle, a ajouté le New York Times. Mais son successeur, Donad Trump, a relancé le rôle de la CIA dans l’utilisation des drones pour mener des attaques, selon la même source.

Depuis le début de cette année, le commandement américain pour l’Afrique (Africom) a indiqué avoir effectué cinq frappes ciblées contre des responsables djihadistes installés en Libye. La dernière a été réalisée le 28 août, contre un chef de la branche libyenne de l’EI, à Bani-Walid.


Sadek Sahraoui .