On nage en plein délire islamophobe, un délire des plus grave ! Heureusement que la Marine est là pour nous rassurer ; l’islamophobie n’existe pas, c’est une vue de l’esprit…

islam-cochon-bruxellesLes Bahori, une famille bruxelloise, sont désespérés. L’un de ses cinq enfants, Hicham (12 ans), retourne tous les dimanches soir dans son internat à Ciney alors que ni lui, ni ses parents le souhaitent. D’après la famille, ils y sont obligés par la SAJ (Service de l’Aide à la Jeunesse).

Tout commence quand Boubker Bahori, le papa d’Hicham, se rend compte que son fils a des difficultés en mathématique. Le jeune homme a un léger retard mental et n’arrive pas à suivre dans cette matière. La SAJ conseille à la famille de se diriger vers une école spécialisée.

Hicham est, alors, changé d’école et est inscrit à Ciney. Mais l’enfant ne se sent pas bien dans son internat. Un éducateur le maltraite et lui donne des gifles régulièrement.

Encore plus grave, l’éducateur l’oblige à manger du porc alors qu’Hicham est de confession musulmane. Malgré une plainte, l’éducateur travaille encore dans cette institution. Les services sociaux sont, à ce moment, avertis. Mais selon l’assistant social, ce retard serait la conséquence de maltraitances familiales et que pour l’enfant, son bien-être équivaut à un éloignement entre lui et sa famille.

Nous avons contacté Rachid Madrane (PS), ministre du Service d’Aide à la Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Selon son attachée de presse, le ministre est au courant de cette affaire complexe et a indiqué qu’une enquête a été diligentée auprès de la SAJ de Bruxelles.

Fin_de_Chapitre

Vous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

FMM_3edition_IndexKS_3D Couve_Bellanger_3D_1 11_Septembre_2001_MiniShoah_Hebdo