Du coup, comme ils sont en train de tomber comme des mouches, ils vont les vacciner avec le produit d’AstraZeneca sauf que ce dernier n’est efficace qu’à 22 % contre le variant sud-africain ! À moins que les résidents aient déjà été vaccinés mais ça c’est une autre question… On vous laisse deviner la véritable raison.


Une maison de retraite de Moselle se bat contre des contaminations au variant sud-africain.

Le 20 janvier, les 42 résidents d’une maison de retraite de Rémilly, au sud de Metz (Moselle), ont reçu la première dose du vaccin Pfizer.

Mais une semaine plus tard, alors qu’ils n’étaient pas encore protégés, 11 pensionnaires et 5 employés ont été testés positifs au coronavirus, relate « L’Est Républicain ».

Une personne est décédée. Il s’agit du variant sud-africain, qui circule plus rapidement.

Un dépistage massif a ensuite été pratiqué et 14 résidents sont actuellement contaminés. Ils se portent heureusement pour l’instant plutôt bien. Un seul a des symptômes légers, les autres sont asymptomatiques.

Mesures de lutte

Outre une application stricte des mesures barrières, les résidents sont désormais confinés dans leur chambre. Des animations ont cependant lieu dans le couloir, permettant une participation des pensionnaires depuis le seuil des chambres. Les sorties sont suspendues et les visites interdites. L’établissement organise des conversations vidéo entre les résidents et leurs proches.


Photo d’illustration : 14 résidents de cet EMS de Rémilly sont contaminés par le variant sud-africain du coronavirus. Facebook

R.M

Le Matin [Suisse]

7 février 2021