Les deux chambres réunies en congrès ont finalement désigné contre toute attente ce presque octogénaire à la tête de l’État pour une période n’excédant pas 90 jours afin de mener la transition. Une décision aussi insensée signifie que le message de la rue n’a pas été entendu et laisse augurer de la poursuite de la contestation avec encore plus de vigueur. Affaire à suivre …


Le Parlement, réuni ce mardi 9 avril, a désigné Abdelkader Bensalah comme président d’État pour assurer l’intérim d’Abdelaziz Bouteflika pour une durée maximale de 90 jours.


TSA [Tout sur l’Algérie]