C’est ce qui s’est passé un peu partout dans le monde puisqu’on a comptabilisé parmi les morts dues au covid-19 un très grands nombre de crises cardiaques, d’AVC, voire d’accidents de la route ! Nous avons déjà rapporté les témoignages de patients dont un parent très âgé, mort de vieillesse, ce qui n’a pas empêché l’hôpital en France de le déclarer positif au covid-19 ! En Grande-Bretagne, c’est une autre technique qui sera utilisée puisqu’il sera question de comptabiliser des décès trois mois plus tard, trois mois après une hospitalisation même si la personne est victime d’une chute accidentelle mortelle ! Comment est-il possible d’être aussi stupide et si peu professionnel ?


Le nombre de décès du Covid-19 en Angleterre pourrait avoir été surestimé.

Cette possibilité est soulevée par une étude de l’université d’Oxford. En cause : la méthode de comptage utilisée par les autorités sanitaires anglaises.

Et si le bilan du Covid-19 en Angleterre était moins élevé qu’il n’y paraît ? Une étude de l’université d’Oxford a mis en évidence une possible surévaluation du nombre de victimes du nouveau coronavirus hors milieu hospitalier en Angleterre. Avec 45 000 morts, le Royaume-Uni est le pays le plus durement touché en Europe par le nouveau coronavirus, et la gestion de la crise par le gouvernement conservateur de Boris Johnson est vertement critiquée. Le lièvre a été levé par l’université d’Oxford, dans une étude intitulée Pourquoi personne ne peut jamais guérir du Covid-19 en Angleterre – une anomalie statistique.

Selon la méthode utilisée par les autorités sanitaires anglaises (Public Health England), un patient qui a été testé positif, mais a été soigné avec succès et a pu quitter l’hôpital, sera compté comme mort du Covid même s’il a eu une attaque cardiaque ou s’est fait écraser par un bus trois mois plus tard. Quand un patient meurt, le registre central du NHS, le service public de santé britannique, est averti.

« Réparer cette erreur statistique »

La liste de tous les cas confirmés est passée en revue chaque jour pour vérifier si des patients sont morts. Si bien qu’il semble que Public Health England (PHE) vérifie régulièrement la liste des personnes qui ont un jour ou l’autre été testées positives pour voir s’ils sont toujours en vie.

Photo d’illustration : à Londres le 20 avril dernier – NIKLAS HALLE’N / AFP

17 juillet 2020