Le Picsou de la « dissidance » caviar va crier au complot et au harcèlement alors que des Français, pour des sommes largement inférieures, ont goûté aux joies de la prison en raison de la sévérité du FISC. Il persistera néanmoins à se victimiser en prenant ses fans pour des buses alors qu’il est millionnaire ! Il va crier au harcèlement judiciaire alors que la peine de prison est aménageable ; pourtant, il aime à paraître comme l’ennemi du système ! Si cela avait été le cas, la peine aurait été exigée immédiatement et il aurait passé sa première nuit en cellule. De plus, il n’a jamais été jugé pour ses autres escroqueries passées – Ananassurance, Ananacrédit… – ni même futures comme le Sestrel, sa crypto monnaie bidon… ! Noémie Montagne, sa femme, gérante de l’entreprise au moment des faits, a également été condamnée à de la prison avec sursis.

D’aucuns attendent toujours le chèque d’un million d’euros à la Palestine… ils auront à  attendre longtemps. On a dénoncé les très nombreux mensonges de Dieudonné depuis 2015 ; il est à espérer que ses fans finiront par comprendre que seul l’argent l’intéresse, rien d’autre.



Dieudonné M’Bala M’Bala est reconnu coupable d’avoir détourné plus d’un million d’euros de recettes de ses spectacles.

Dieudonné M’Bala M’Bala a été condamné en appel à trois ans d’emprisonnement, dont deux ferme, ainsi que 200.000 euros d’amende, pour avoir notamment détourné plus d’un million d’euros de recettes non comptabilisées de ses spectacles, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. La cour d’appel a confirmé mercredi le jugement qui avait été prononcé par le tribunal correctionnel en 2019, en précisant que cette peine serait aménagée – en détention à domicile avec un bracelet électronique, en placement extérieur ou semi-liberté.

Lors du procès en mars, le parquet général avait requis un an supplémentaire d’emprisonnement avec sursis par rapport à la peine de première instance. La défense avait de nouveau plaidé la relaxe. Dieudonné M’Bala M’Bala, 55 ans, sanctionné à de nombreuses reprises par la justice pour des déclarations antisémites, a été reconnu coupable de fraudes fiscales, blanchiment, abus de biens sociaux ou encore organisation frauduleuse de son insolvabilité. La cour d’appel lui a infligé 10 ans d’interdiction de gérer une société ainsi que la confiscation de 535.083 euros en espèce saisis chez lui lors de l’enquête. Dans cette affaire, Dieudonné a été condamné pour avoir détourné à son profit entre 2009 et 2014 des recettes en liquide de ses spectacles, non comptabilisées sur les comptes de sa société. Il jouait alors dans son théâtre parisien de la Main d’or, dont il a depuis été expulsé.

« Organisation frauduleuse d’insolvabilité »

La peine prononcée sanctionne aussi une en 2011-2012 et des fraudes à la TVA, ainsi que du blanchiment : au-delà du liquide retrouvé à son domicile, lui et ses proches ont envoyé plus de 565.000 euros à l’étranger, principalement au Cameroun où il a des liens familiaux, et plus de 100.000 euros en France. Il a en revanche été relaxé pour les faits de fraude fiscale sur la période 2009-2010 et concernant l’impôt sur la fortune, le parquet s’étant désisté de son appel sur ce plan.

La cour a par ailleurs confirmé la peine de 18 mois avec sursis infligée à sa compagne, gérante de droit, au moment des faits, des Productions de la plume, ainsi que de l’amende de 50.000 euros dont avait écopé la société elle-même…


Photo d’illustration : Dieudonné, ici le 12 mai, à l’occasion de son procès pour incitations à la haine et apologie de crime contre l’humanité, devant la 17e chambre du tribunal de Paris. Pierrot Patrice/Avenir Pictures/ABACA

Le Figaro

25 juin 2021