bachar_assad_procédure_retrait_légion_honneur
Le président syrien Bachar Al-Assad lors d’une rencontre avec Vladmir Poutine, à Sochi (Russie), le 20 novembre 2017. (MICHAEL KLIMENTYEV / SPUTNIK / AFP)

Mon Dieu quelle hypocrisie ! Comment peut-on en arriver là, comment peut-on être aussi hypocrite en se faisant passer de la sorte pour des humanistes et des gens d’honneur. Rappelons juste au passage que le patron de l’Assemblée nationale a commis un parjure, sans oublier Manuel Valls, ce qui en dit long sur le concept d’honneur et de dignité de ces gens  ; ces parjures n’ont pas empêché Emmanuel Macron de récupérer ces deux personnes.

couverture la derive skyrock lettrineDeux interrogations suite à cette décision nous viennent à l’esprit. Premièrement, pourquoi avoir donné la Légion d’honneur à Bachar al-Assad qui a succédé à son père qui était un dictateur sanguinaire ? Le Quai d’Orsay ne le savait-il pas ? Ce n’est plus un ministère des affaires étrangères mais un cirque ! Deuxièmement, alors qu’ils font mine de retirer la Légion d’honneur à Bachar, pourquoi il ne la retire pas à Pierre Bellanger le patron de Skyrock qui a été condamné au pénal gravement. Nous avons envoyé des courriers en recommandé accusé de réception à la chancellerie de la Légion d’honneur sans succès.

En réalité, tout le monde sait qu’un grand nombre de politiciens ayant obtenu la Légion d’honneur ont des casiers judiciaires ayant perdu leur virginité, il serait d’ailleurs intéressant que Monsieur Philippe Pascot fasse un livre qui répertorie tout ce beau monde…


La France a engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur de Bachar Al-Assad, annonce l’Élysée, lundi 16 avril, deux jours après les frappes occidentales en Syrie

« L’Élysée confirme qu’une procédure disciplinaire de retrait de la Légion d’honneur », la plus haute distinction française, « l’endroit de Bachar Al-Assad a bien été engagée », a indiqué la présidence de la République.

Le président syrien, Bachar Al-Assad, s’était vu remettre la Légion d’honneur par son homologue français, Jacques Chirac, lors d’un voyage officiel en France en 2001, peu après avoir succédé à son père Hafez al-Assad à la tête du pays.

« Des actes contraires à l’honneur »

La France tient le dirigeant syrien pour responsable d’une attaque chimique dans la Ghouta orientale, près de Damas. En réaction à cette attaque, des frappes aériennes coordonnées de Paris, Washington et Londres ont été menées, dans la nuit du 13 au 14 avril, visant « le principal centre de recherche » et « deux centres de production » du « programme clandestin chimique » du régime syrien.

Depuis 2010, un décret permet de déchoir plus facilement un étranger ayant « commis des actes contraires à l’honneur ». La Légion d’honneur a ainsi déjà été retirée au cycliste américain Lance Armstrong ou au styliste britannique John Galliano.


France TV Info