L'or pourrait dépasser 2000 dollars d'ici 2021, selon une grande banque américaine

6
PARTAGES
1
VUES

La crise se rapproche de plus en plus, c’est clair ! Il est toujours temps d’en acheter car ça ferait tout de même 30% d’augmentation !


L’or pourrait continuer à se replier à court terme, sur fond de prises de bénéfices.

Mais le potentiel à horizon 1 ou 2 ans est très important, selon Citigroup.

Malgré son récent trou d’air, l’or affiche un parcours enviable sur un an, avec un gain de 24%. Si de nouvelles turbulences sur le cours de l’once ne sont pas exclues à court terme, il devrait ensuite repartir de l’avant. Le métal jaune pourrait même dépasser le pic historique de 2011 (1.921 dollars l’once) et franchir le cap psychologique de 2.000 dollars d’ici un ou deux ans, estime le géant bancaire américain Citigroup, soit un gain attendu de plus de 34% sur la période à venir.
« Citigroup, une des plus grosses banques d’affaires du monde, rejoint une longue liste d’institutions et de gérants de fonds positifs sur le métal jaune. Nous avions parlé récemment de UBSde Bank of America et Goldman Sachs. Mais nous pouvons également ajouter Blackrock, le plus gros gérant de fonds du monde (6.000 milliards de dollars sous gestion) : son chef de l’investissement sectoriel a récemment affirmé dans une interview son intérêt pour les métaux précieux et l’or en particulier », rapporte Laurent Schwartz, directeur du Comptoir National de l’Or.

De nombreux moteurs en faveur d’une poursuite de la hausse de l’or sur les prochaines années…

Selon une note de la banque relayée par Bloomberg, les analystes évoquent les catalyseurs suivants : des risques croissants d’une récession mondiale (exacerbés par la guerre commerciale sino-américaine), la probabilité que la Réserve fédérale des Etats-Unis réduise son taux d’intérêt directeur à 0, des taux d’intérêt nominaux et réels (c’est-à-dire inflation déduite) plus bas pour longtemps, ainsi que la multiplication des risques géopolitiques
« Pour l’heure, le consommateur américain tient bon (et soutient la croissance, NDLR) », relève Citigroup. Mais la banque se dit préoccupée par des signaux de marché négatifs, comme l’inversion de la courbe des taux d’intérêt. En effet, les taux d’intérêt à 10 ans sont passés sous ceux à échéance de quelques mois. D’un point de vue historique, un tel phénomène précède de 18 à 24 mois une entrée en récession de l’économie américaine. Par ailleurs, plusieurs indicateurs avancés « s’affaiblissent au rythme le plus rapide depuis la Grande Récession », alerte Citigroup. Or, l’Histoire a montré que dans le cas d’une récession, le cours de l’or progresse de 20% ou plus, en moyenne.


Photo d’illustration : ayala_studio/Getty Images

Capital

11 septembre 2019

En rapport : Articles

Article Suivant

SUIVEZ-NOUS

Contenu Premium

Pas de contenu disponible

CES 7 DERNIERS JOURS

Heureux de vous revoir!

Se connecter avec votre compte

Créer un Nouveau Compte!

Remplissez les champs pour vous enregister

Récupérer votre mot de passe

Merci d'entrer votre nom d'utilisateur ou votre email pour réinitialiser votre mot de passe

Êtes-vous sûr de vouloir débloquer cet article?
Débloquages restant : 0
Êtes-vous sûr de vouloir annuler votre abonnement?