Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Géopolitique

Une fausse lettre antimusulmane adressée à Léon XIII, par Pierre Dortiguier 

Court sur internet, pour abuser les esprits crédules et nourrir le fanatisme allumé par les destructeurs des nations musulmanes et chrétiennes d’Orient, une lettre antimusulmane dont un exégète catholique connu le Père Laurentin a reconnu la forgerie, la fausseté ou l’imposture, dans la revue Chrétiens-Magazine,Bloc -Notes,n°121, du 15 mai 1999. Ce document dont il suffit de lire les principaux événements qui y sont prophétisés, et surtout ceux qui ne le sont guère, pour en comprendre l’intention malsaine aurait été, selon son découvreur, le Père Lagrande, adressée en 1879 au Pape Léon XIII par la déclarée sanctifiée en 1925 bergère de langue locale aragonaise mêlée de catalan, Bernadette Soubirou que l’Église maintint dans un cloître de Nevers, et qui, à l’âge de quatorze ans, vit une dame blanche (« las damas blancas »comme la tradition le veut de ces fées, dans toute cette région allant de la Bretagne à la Galice et au Portugal) plusieurs fois lui apparaître, qu’elle dépeint comme jeune, pas plus de 17 ans d’âge, les cheveux blonds à peine visibles recouverts d’un voile blanc, ceinturée de bleue, une rose brillante sur les pieds, apparue après un souffle violent écartant les buissons (même phénomène signalé au Portugal); cet être refuse de lui dire plusieurs fois son identité et aurait, à l’insistance du curé, répondu qu’elle était l’Immaculée Conception, dogme formulé quatre ans auparavant par le Vatican et qui sera affirmé au Concile de 1870, malgré une ferme résistance théologique épiscopale allemande.

Géopolitique

Le roman turc de Poutine ! par Pierre Dortiguier 

L’abus et la tromperie de l’opinion publique sont une arme redoutable, et dans cette guerre d’Orient comme ailleurs, l’intoxication commune anglo-américano-russe s’étend au point de nous faire accroire que la Russie ex soviétique, dont Poutine a été l’exécutant policier des œuvres après son action de répression comme officier du KGB à Dresde, ville martyre située en zone communiste, vient de « contrer » (selon un français exécrable), déjouer le plan d’un coup d’état militaire et civil aussi, contre le frère musulman Erdogan ! Ceci permet de duper son monde en séparant artificiellement en deux camps, comme sous la guerre froide ainsi prolongée : d’un côté l’Occident et l’OTAN, de l’autre l’Orient et la coopération économique des BRICS, à la façon d’un jeu d’échec.

Géopolitique

La secte des Bahaïs contre la nation iranienne ! par Pierre Dortiguier 

La secte fanatique, dont le fondateur exalté, qui s’intitulait la porte ou en arabe Bâb des hommes vers Dieu, ayant donné bien malgré lui naissance à un véritable mouvement terroriste antimusulman et ruineux de tout ordre, capturé et exécuté au milieu du 19e siècle après avoir donné occasion à des séparatismes au Khorasan et dans le Māzandarān, était un enthousiaste mort torturé à vingt-sept ans, dont l’héritage est passé entre les mains de l’Angleterre à l’affût de mouvements subversifs pour déstabiliser le pouvoir en place, faire pression sur lui et affaiblir par des dissensions internes la société musulmane et l’unité civile. Ce qu’elle avait commencé de faire avec l’éclosion de Wahhabisme

Géopolitique

Propos sur une Normandie perdue ! par Pierre Dortiguier 

C’est le titre d’un ouvrage célèbre paru en 1933 et bien sûr soustrait à l’attention du public, par un journaliste de mère anglaise et père italien, Henri Pozzi (1879-1946). Il connut le dessous des cartes pendant le premier conflit mondial et dénonçait la friponnerie de la mafia serbe de la Main Noire responsable de l’attentat de Sarajevo, les truquages et malversations aboutissant au conflit terrible et à une après-guerre tyrannique, dans les Balkans, avec la création du monstre politique yougoslave ! Nos dirigeants n’en ont tiré aucune leçon : François Mitterrand ministre de l’intérieur algérianicide, comme il avait été celui de la justice, déposera, en défenseur de la sinistre Yougoslavie, une gerbe pour honorer l’un des assassins de l’Archiduc d’Autriche, le terroriste G. Prinzip dont il est conseillé aux candidats aux examens métropolitains de ne pas enquêter sur les origines ! Restons discret, et du reste, jugé et condamné par un tribunal bosniaque — en majorité musulman –, sa peine fut commuée en détention et il mourut de tuberculose en forteresse, héros des bellicistes d’hier et d’aujourd’hui !

Géopolitique

La Guerre revient ! par Pierre Dortiguier 

C’est le titre d’un ouvrage célèbre paru en 1933 et bien sûr soustrait à l’attention du public, par un journaliste de mère anglaise et père italien, Henri Pozzi (1879-1946). Il connut le dessous des cartes pendant le premier conflit mondial et dénonçait la friponnerie de la mafia serbe de la Main Noire responsable de l’attentat de Sarajevo, les truquages et malversations aboutissant au conflit terrible et à une après-guerre tyrannique, dans les Balkans, avec la création du monstre politique yougoslave ! Nos dirigeants n’en ont tiré aucune leçon : François Mitterrand ministre de l’intérieur algérianicide, comme il avait été celui de la justice, déposera, en défenseur de la sinistre Yougoslavie, une gerbe pour honorer l’un des assassins de l’Archiduc d’Autriche, le terroriste G. Prinzip dont il est conseillé aux candidats aux examens métropolitains de ne pas enquêter sur les origines ! Restons discret, et du reste, jugé et condamné par un tribunal bosniaque — en majorité musulman –, sa peine fut commuée en détention et il mourut de tuberculose en forteresse, héros des bellicistes d’hier et d’aujourd’hui !

Géopolitique

Comment mourut la paix par Pierre Dortiguier 

Le titre est pris du pamphlet d’un publiciste connu professeur de lettres, ancien étudiant à l’Institut catholique de Paris, responsable de l’Action Catholique d’avant-guerre, anti allemand comme toute la droite monarchiste, puis journaliste devenu secrétaire d’état à l’Information, aux derniers jours de gouvernement de l’État français, Philippe Henriot, assassiné dans son appartement du ministère, la rue de Solférino, de la main d’ un futur industriel, colon français du Maroc en service commandé de Londres – épisode de guerre, comme il y en aura d’autres – il y a soixante quinze ans, quand il s’agissait de connaître les responsables du massacre européen.