Nous allons vous démontrer aujourd’hui, chères lectrices, chers lecteurs, l’existence réelle de la collaboration la plus abjecte qui soit, l’arabo-sionisme. Cette monstruosité politique et historique existe un peu partout en France du fait de la collaboration et de la trahison de membres de la communauté maghrébine avec des responsables du lobby sioniste français, c’est-à-dire le Crif. Nous allons prendre pour exemple, pour les besoins de cette démonstration, le cas marseillais, car il est tellement caricatural et grossier dans ses manœuvres et magouilles qu’il laisse traîner derrière lui un nombre incalculable de preuves. Soulignons qu’il est plus facile de traiter de la question phocéenne, car pour les besoins de cet article, nous avons pu rencontrer de nombreux acteurs associatifs qui ont bien voulu témoigner.

Nous avons déjà parlé sur ce site de la collaboration étroite entre les services de la municipalité marseillaise dirigée par Jean-Claude Gaudin via son conseiller au culte occulte – car illégal – Salah Bariki avec les plus hauts responsables du Crif (Clément Yana et Bruno Benjamin, ex et actuel président du lobby qui n’existe pas). Nous avons également parlé des clowneries d’Omar Djellil qui n’est plus en odeur de sainteté dans ce groupe ; on y reviendra plus tard. Nous avons cité le travail déterminé et constant de Madame Fazia Hamiche, très proche de Monsieur Clément Yana.

Nous avons tous remarqué le changement radical des diplomaties moyen-orientales envers l’entité sioniste scélérate, exprimé par des visites officielles du criminel de guerre Benjamin Nétanyahou au sultanat d’Oman sans oublier les rapprochements serrés avec MBS, le boucher de la Saoudie. C’est la stratégie de normalisation des rapports entre l’entité sioniste et les pays musulmans. Au niveau local, le Crif s’est attelé à organiser un nombre important de manifestations avec des responsables associatifs maghrébins ou tout simplement musulmans. Du coup, nous observons fleurir ici et là des actions communes entre des musulmans et des ultra sionistes d’extrême droite qui soutiennent mordicus la politique criminelle de Nétanyahou et la poursuite de la colonisation de la Palestine, avec la mainmise totale sur Jérusalem, en violation des résolutions internationales ! C’est un acte de haute trahison et tout simplement un manque manifeste de moralité et d’humanisme. À leur décharge, si tant est qu’il nous soit permis d’utiliser cette expression inappropriée, il est vrai que lorsque l’on se couche de la sorte, les subventions coulent à flots et les postes politiques se libèrent comme par magie…



Nous savions déjà la proximité importante entre Monsieur Clément Yana et Madame Fazia Hamiche puisque le premier avait pour ancienne habitude de déjeuner tous les vendredis dans son restaurant Le scoop situé en face de La Provence avec immanquablement Monsieur Salah Bariki, un agent des RG nommé Didier Bernis et Omar Djellil qui, depuis, a été expulsé de ce groupe et passe son temps à les dénigrer, comme on pouvait s’y attendre ! Les preuves et les témoins sont nombreux pour l’attester. Nous pouvons d’ailleurs reconnaître Fazia, Clément et Didier sur un cliché  pris lors de la commémoration de l’assassinat du jeune Ibrahim Ali !

Que peut bien faire, franchement, un agent des Renseignements généraux avec l’ex-président du Crif, qui n’a aucune fonction politique, ainsi qu’avec une élue des 15e et 16e arrondissements marseillais et Salah Bariki  chargé de mission auprès du maire Jean-Claude Gaudin, en guise de caution officielle ?

Ces personnalités politiques marseillaises sont tellement proches, qu’elles ont décidé de monter une structure associative, « Mémoire et Réconciliation », afin de pouvoir organiser des événements se limitant en général à des poses de plaques commémoratives comme celle de la rue Dieudé en rapport avec l’attentat du consulat algérien à Marseille en 1973, ou celle en rapport avec la mort du jeune Ibrahim Ali dans les quartiers Nord. Comme vous pouvez le constater, la mention de cette association est portée  sur la plaque commémorative du 28 rue Dieudé. C’est d’aillerus Madame Fazia Hamiche qui a retiré de ses mains le rideau recouvrant la plaque. Nous savons également par un article de Marsactu qu’elle a organisé la cérémonie de commémoration de l’assassinat d’Ibrahim Ali dans un lycée de l’Estaque afin de faire un peu de récupération politique en tant que présidente de…« Mémoire et Réconciliation » !



Nous avions déjà dénoncé l’année dernière la journée de « Rencontres interculturelles » organisée le 5 novembre 2017 au stade Vallier  et appelé à son boycott. Il était déjà question l’année dernière de la même équipe du Crif Provence avec la participation de M. Alain Ilan Sportouch, très actif dans l’organisation de cet événement. Il suffit d’aller sur sa page Facebook pour le voir se pavaner en tenue militaire de soldat Pampers de Tsahal ! Concernant Monsieur Avi Assouly, il suffit de faire quelques recherches sur Internet pour comprendre que c’est également un sioniste maladif, engagé volontaire dans l’armée sioniste en tant que soldat ! Il est allé se plaindre auprès des journaux israéliens de l’attitude des médias français, un peu trop pro-palestiniens à ses yeux (sic) ! Quant à Monsieur Bruno Benjamin, l’actuel président du Crif, c’est un fervent adepte de la politique criminelle d’extrême droite de Benjamin Nétanyahou à qui il rend visite et s’en vante sans rougir. Il est contre toute possibilité de soutien à la cause palestinienne. Sioniste hystérique, il condamnera le film « Les estropiés de Gaza » en publiant un communiqué de presse qui demandait à France Télévisions de censurer ce reportage essentiel à la compréhension de ce qui se passe en Palestine occupée ! Pour lui, toute critique de l’entité sioniste criminelle est considérée comme de l’antisémitisme ! La bonne affaire.


M. Bruno Benjamin chez Nétanyahu le 27 juin 2018.

Il invitera pour une conférence, tenue le 15 octobre 2018, le député Habib Meyer, très proche de Benjamin Nétanyahou et attaché de presse de l’entité sioniste criminelle. Notons la présence au cours de cette réunion du porte-parole de Tsahal, l’armée d’occupation ! Vous trouverez d’ailleurs sur l’affiche qui annonce cette conférence au parc Chanot le nom de l’association « Mémoire et Réconciliation » !

Toutes les informations qui ont précédé sont certes concordantes mais il leur manquait comme un petit quelque chose pour finaliser la démonstration. Ce petit quelques chose, cette pierre de Rosette, nous allons le découvrir dans le Journal Officiel des associations puisqu’une petite recherche effectuée le 18 août dernier nous montre que l’annonce numéro 122 concernant l’association pour la Mémoire et la Réconciliation indique une adresse au 4, impasse Dragon dans le 6e arrondissement, l’association ayant été déclarée le 9 août 2018. Qui trouve-t-on à votre avis à cette même adresse ? Le CRIF Provence de MM. Benjamin et Yana… Ainsi, la boucle est bouclée.



Dans cette nouvelle magouille politique, la marseillaise assez typique, il y a des gens honnêtes qui ne savent pas qui tirent les ficelles derrière cette association « Mémoire et Réconciliation » mais il y en a d’autres, la grande majorité, qui savent très bien que c’est le Crif qui pilote la machine. Prenons l’exemple de Madame Salina Gasmi qui nous a appelés l’année dernière pour se plaindre de voir son nom sur ce site et qui n’a pas hésité une seconde à renouveler sa participation avec le Crif. Idem pour Mme Rachida Tir qui sait très bien ce qu’elle fait. Concernant M. Mohamed Bousselmania, nous l’avons rencontré par hasard au café de l’Estaque du parc Mistral il y a moins d’un an. Il se vantait de connaître par cœur le site Lelibrepenseur.org qu’il trouvait exceptionnel et courageux. Il est assez humiliant pour ces Maghrébins de collaborer avec l’entité sioniste occupante alors que des Français non musulmans défendent avec détermination la Palestine ! Il y a tellement d’associations juives qui travaillent pour la paix et avec lesquelles il est possible de travailler, mais ces gens ont préféré les ultra sionistes du Crif. L’Histoire s’en souviendra.

Il est vrai que la puissance publique locale s’est positionnée aux côtés du Crif,  avec la mise en oeuvre des moyens municipaux et régionaux mais on peut également ajouter la préfecture avec la participation quasi systématique de Monsieur Didier Bernis aux côtés du Crif (nous vous rappelons les déjeuners du vendredi avec Monsieur Clément Yana et Salah Bariki au restaurant Le scoop de Mme Fazia Hamiche) ! Il est connu que l’homme a tendance à rejoindre toujours le plus fort, croyant en cela gagner un quelconque avantage. Nous voudrions pour finir rappeler, aux faibles d’esprit et aux pleutres, que le crime ne paie pas et qu’il ne paiera jamais. Vous pourrez assister à tous les dîners du Crif que vous voudrez – n’est-ce pas Madame Fazia Hamiche – ça ne changera strictement rien à la fin de l’histoire, bien au contraire.