Voilà ce qui se passe lorsque l’on ouvre les vannes de l’islamophobie, lorsqu’il n’y a plus de limite au discours de haine des élites médiatiques et politiques. Les plus déséquilibrés lancent carrément des appels au meurtre, au lynchage et à la décapitation. Bien sûr, très peu de personnes vont passer à l’acte mais il y aura toujours des déséquilibrés et des fragiles pour le faire.


Voilà à quoi mènent les appels à la haine des femmes voilées dans les médias.

Après une semaine d’hystérie islamophobe autour du voile où journalistes, élus et commentateurs se sont lâchés allant jusqu’à assimiler le voile à un uniforme SS, la chasse aux femmes voilées est ouverte. Plus grave, des haineux à visage découvert lancent des appels à commettre l’irréparable.

Samedi un rassemblement contre l’islamophobie s’est tenu place de la République à Paris pour dénoncer ce climat nauséabond. Une photo d’une femme portant le foulard et arborant une pancarte invitant les islamophobes à quitter la France s’ils ne souhaitent plus voir de femmes voilées, a attiré l’attention de la fachosphère notamment le site Fdesouche. Des élus islamophobes ont à leur tour repris la photo et l’ont publié sur leurs comptes et pages comme Sebastien Kope, conseiller municiapl délégué LR de Clichy-la-Garenne. Les commentaires sont à gerber. L’un deux n’a pas échappé aux internautes, celui de Stéphane Buzenet qui se présente comme adjoint administratif à la mairie de Meaux. « Couper la tête à cette poufff », a-t-il lancé.



 


La Rédaction D&M

20 octobre 2019