Le chef wahhabite de la CIA, par Pierre Dortiguier

Chroniques-Dortiguier


brennan-wahhabisme-Dortiguier


Le chef wahhabite de la CIA


Imaginez-vous qu’un magazine US puisse écrire en conclusion de sa présentation de John Brennan, ancien élève des Jésuites et de lignée irlandaise catholique romaine implantée aux États-Unis, directeur de la CIA nommé sous Obama, serait de la secte wahhabite et dévoué aux intérêts américano-saoudiens ? C’est pourtant ce que nous lisons dans l’Intrepid Report,  du 19 Août 2015 dans l’article intitulé : « Évidence croissante que John Brennan de la CIA est un converti wahhabite ».

Nous sommes habitués aux découvertes les plus fracassantes, car notre monde est menteur dès qu’il s’éloigne de son axe, qu’il « perd le Nord », comme dit un vieux dicton populaire pouvant signifier quelque vérité très profonde, sur laquelle un René Guénon saurait nous instruire ! Lisons la conclusion tirée de l’examen de ce personnage ayant acquis la réputation de faire pratiquer une torture sadique des opposants à l’ordre mis en place à coup de terrorismes et de guerres mondiales ou régionales, comme la plus récente en Syrie, situation à propos de laquelle ce même Brennan laisse entendre que tout espoir de conserver l’unité nationale est vain, traduisez : notre plan, en coordination avec nos amis déclarés et nos faux adversaires, est en passe de réussir après cinq années de subversion et de massacres par nos mercenaires. On aurait tendance à désigner, du reste, ces fameux printemps « arabes », les « saisons de Brennan », ce qui sonnerait peut-être comme un poème musical accompagné de la harpe irlandaise, mais traduirait surtout cette fin de toutes choses que nous destine le progrès menteur, cette démocratie brandissant le drapeau de la secte forgée par elle, dès le 18e siècle, du Wahhabisme, par les agents du colonialisme britannique.

« Ce qui est inquiétant », y lisons-nous, « est le fait que tandis que le Président Obama est en train d’obtenir l’approbation du traité des 5 + 1 avec l’Iran, une cellule favorable à la Saoudie wahhabite, laquelle travaille de concert avec le puissant lobby d’Israël à Washington, pourrait non seulement être en train d’essayer de saboter l’accord conclu avec l’Iran, mais (que tous deux) travaillent ensemble pour fournir une aide militaire et autre à Daech.


What is alarming is that while President Obama is trying to get congressional approval for the P 5+1 nuclear pact with Iran, a pro-Saudi Wahhabist cell within the CIA, that is working with Israel’s powerful lobby in Washington, could not only be trying to sabotage the Iran deal but are working together to provide U.S. military and other aid to ISIL.


Le corps de l’article relève que Wikipedia qui serait, à les en croire, sous contrôle d’une équipe financée par l’un des rois mages de l’immigration ou du flux migratoire, pour user du jargon idéologique, George Soros, présente Brennan  comme chrétien, ce qui ne surprendra aucun Musulman ayant recueilli la tradition que Judas avait l’apparence d’Issa (béni soit-il) !

En tout cas, ce haut fonctionnaire dont on vante la maîtrise acquise aux États-Unis et exercée en Orient, de l’Arabe et de ses dialectes, que l’on signale visitant les lieux du pèlerinage mecquois et y exprimant son admiration, comme on le dit de saint Paul sur le chemin de Damas, mais un saint Paul qui n’aurait pas abandonné, – comme un jésuite – de persévérer dans la mondanité tout en prêchant le moyen de s’en défaire, bref ayant, comme une pièce de monnaie à deux faces, exactement comme le wahhabisme forgé par l’esprit malade d’un Abd El Awab et toujours inspiré par ses maîtres britanniques.

La colonie anglaise du Nouveau Monde est une fille maintenant plus grande que sa mère, et néanmoins l’esprit critique y est plus développé et aiguisé que chez nos clubistes français qui en sont à aboyer au passage de chaque Musulman ou qu’il croit tel, à regarder sa coiffure ou – terme pourtant honni et bien utile – sa race ! L’intérêt de l’article, dont on chercherait en vain un analogue dans la littérature « nationaliste » hexagonale préférant la nostalgie coloniale à la grandeur continentale, est de révéler un point personnel, un détail, devrait-on dire, significatif, allant plus loin que le soupçon d’islamisme porté contre l’exécutant des basses œuvres de cette République fondée par des maîtres maçons portant leur tablier de cochon, que des gravures historiques représentent. La prestation de serment de ce haut fonctionnaire de formation jésuitique, s’est faite dans un pays officiellement chrétien ou théiste, et l’est demeuré en théorie, ne s’est pas faite sur la Bible, ou les Saints Évangiles seuls (à supposer que les récits de cruauté dont est composé ce livre, celui d’Esther en particulier, ait pu déranger le candidat irlando-américain) mais sur le texte de la Constitution U.S., chose inédite dans l’histoire de l’administration.

De là à en déduire que le cœur de cet homme est attaché au noble Coran, il n’y a qu’un pas, pour les optimistes, et pour les réalistes, il est avéré que l’intérêt fait grossir la tendance au mensonge, et que ne reculer devant rien est la maxime unissant les commandants des troupes wahhabites et sionistes dont les pères étaient déjà unis et en liaison politique, matérielle et humaine, au temps le John Brennan en poste au Caire pour diriger la « révolte arabe » de 1915, était le président Mac Mahon ! Son rejeton Lawrence est connu, mais ce n’est pas visiblement un accident de moto pareil à celui qui coûta la vie à l’agent de l’Intelligence Service, qui menace le chef de la CIA sur nos routes, il ne connaîtra pas le sort bizarre du chauffeur de la limousine faite par Porsche en Russie, de Poutine-mais sans Poutine ! Il aura un accident prévisible sur la route de l’au-delà, dans la descente infernale suivant celle qu’il accéléré déjà dans ce monde.

S’il y a une tête de turc, dans le manège du monde, ce n’est pas la poupée d’Erdogan qu’il faut regarder, mais celle de l’irlandais Brennon, qui fait rire tous les diables, de bas en haut de la hiérarchie infernale, et si vous croyez que le siège du roi d’Arabie est vacant, détrompez-vous sachez qu’il a un régent permanent, à l’étage fameux du siège abritant la CIA. Arrêtons de parler de monarchie désuète, de gérontocratie, le royaume saoudien n’est pas en Orient, mais en Occident dont l’Arabie wahhabite n’est que le reflet perpétuel de cruauté, de sa naissance à sa mort politique inéluctable.

Pierre Dortiguier


Growing evidence that CIA John Brennan is a Wahhabist convert - Intrepid Report.com 2016-09-09 14-26-56

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)