Spectacle humiliant que ces huées à l’adresse de cet ex-ministre d’état des gouvernements Ouyahia et Belkhadem. Les jeunes manifestants ne l’ont pas raté car ils se sont souvenus de son ralliement au pouvoir mafieux en place. Cette personnalité prétendument d’obédience islamiste est un opportuniste notoire. Ayant senti le vent tourner, ce monsieur a tenté de se fondre dans la foule en affichant son soutien au Hirak. Mal lui en prit car on n’efface pas d’un claquement de doigts toutes ces années passées avec al 3issaba. [la bande de mafieux]. Il n’a dû son salut qu’à sa fuite précipitée, en s’engouffrant dans une bouche de métro, poursuivi aux cris de : « Vous avez dilapidé le pays, bande de voleurs ! »

Cela doit servir de leçon, à tous ceux qui se sont fourvoyés durant les quatre mandats de Bouteflika, car nulle part, ils ne seront en paix. Ils seront tous pourchassés et hués. Qu’ils dégagent tous ! Yirouhou ga3 !



Il faut aussi rappeler que son fils a été arrêté le 16 mai 2016 en compagnie d’un camarade, en possession d’une quantité d’héroïne qu’il a prétendu avoir achetée pour sa consommation personnelle. Il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis ainsi qu’à une amende.



La question se pose de savoir comment cet homme politique qui se dit islamiste, « spécialiste » de la « Sahwa », ose briguer le pouvoir et diriger un pays comme l’Algérie, alors qu’il a lamentablement échoué à diriger sa propre famille nucléaire.

Quelques temps après un communiqué de presse a été publié par le parti HMS auquel appartient Bouguerra Soltani et signé de son secrétaire général, Abderrazak Makri. Ce dernier, venant au secours du premier, submergé de honte, en vertu de la seule logique sectaire, car tout le monde sait qu’à l’intérieur de leur famille politique, ils sont des frères ennemis, impute cet incident à des militants sécessionnistes séparatistes, en allusion au micro parti de Ferhat Mehenni, ce qui, bien sûr est un mensonge éhonté, en ce sens que les manifestants scandaient des slogans nationalistes et unificateurs : « 1-2-3 Viva l’Algérie !  et « Klitou Leblad Ya serraquine ! » en langue arabe.

En vérité, Bouguerra Soltani a été hué parce qu’il a cautionné le système pourri qui a mené l’Algérie à la faillite, tout en profitant largement de la manne financière généreusement servie à la clientèle soumise et asservie au  régime corrompu et corrupteur.

La politique, telle qu’elle a été pratiquée jusque là en Algérie, est assurément une entreprise profondément malsaine où l’hypocrisie le dispute à l’improbité et à l’immoralité.