Éric Zemmour : « Je suis ce qu’on appelle un Juif assimilé. Enfant, j’ai pleuré aux malheurs de la France à Waterloo ou à Sedan, non en écoutant la destruction du Temple.» Arnaud MEYER/Leemage

On nous explique à longueur de temps que l’accusation d’islamophobie tétanise et terrorise les pauvres intellectuels français qui n’osent plus critiquer l’islam alors que les livres qui en parlent foisonnent et les best-sellers font la joie des éditeurs. En tête de gondole nous avons comme toujours la petite fouine des médias, l’ubiquitaire Éric Zemmour ! Nous y avons droit chaque année : qu’il s’agisse d’un livre ou d’un recueil de chroniques radio, il sera toujours là à la rentrée pour vendre sa nouvelle production islamomaniaque. Malgré une centaine de passages médias tous supports confondus, il criera tout de même à la censure et au complot contre sa petite personne, lui et ses partisans. Heureusement que le ridicule ne tue plus.

Concernant les quelques pages qu’il publie dans le Figaro, nous avons noté quelques mensonges historiques flagrants que peu de journalistes bien sûr corrigeront étant donné l’ignorance crasse dans laquelle patauge cette caste d’incompétents. Éric Zemmour a pour objectif de faire croire qu’il y a toujours eu rivalité et guerre entre l’Orient et l’Occident, entre la chrétienté et l’islam. Il oublie juste de parler des accords et de l’alliance carolingo-abbasside qui a duré plusieurs siècles ou tout simplement des accords entre la Sublime Porte de Soliman le magnifique et François Ier qui ont duré jusqu’à l’invasion de Napoléon en Égypte. Mais de ce genre de détails historiques, Éric Zemmour n’en a cure. Ensuite, le juif pratiquant qui s’est fait passer pour un athée laïc nous explique que dans les pays musulmans les croisades sont toujours dans les mémoires alors que nous pouvons vous assurer qu’elles ne sont ni enseignées à l’école ni ailleurs et que personne n’en parle étant donné qu’elles ont plus d’un millénaire ! N’est-ce pas plutôt George W. Bush qui a parlé de croisade contre l’axe du mal après les attentats du 11 septembre ? N’est-ce pas Bob Woodward qui a détaillé dans son livre la mission biblique du fils Bush ! Rappelons que Ben Laden et Daech ont été formés par la CIA, financés et armés comme nous l’avons démontré à de nombreuses reprises sur ce site (lire les excellents livres de Jean-Loup Izambert ou lire les derniers travaux du journaliste anglais Robert Fisk…)

Mieux encore, Éric Zemmour explique que les agressions des croisades au Moyen-Orient ont sauvé la France de la barbarie musulmane alors que dans les faits, elle pataugeait dans les ténèbres de l’illettrisme pendant que l’Andalousie ou Bagdad rayonnaient dans le monde entier par leur savoir ! Éric Zemmour fait mine d’oublier que la renaissance européenne n’a été possible que grâce au relais des musulmans qui ont permis que les écrits grecs qu’ils ont perfectionnés puissent leur parvenir ! Pour Éric Zemmour l’agression violente et totalement inutile des croisades puisqu’elles n’ont servi à rien étaient un moyen défensif. C’est encore une fois une inversion accusatoire et un renversement du sens des mots. D’autant que la réalité politique de ces croisades est loin d’être glorieuse comme toujours. Pour Éric Zemmour l’agression violente et totalement inutile des croisades puisqu’elles n’ont servi à rien étaient un moyen défensif. C’est encore une fois une inversion accusatoire et un renversement du sens des mots.

Bref, malgré les 560 pages de ce livre, Éric Zemmour n’a pas trouvé de place pour y ajouter ces vérités historiques que tout le monde peut trouver sur le Net ou en lisant par exemple Les croisades vues par les Arabes de l’académicien maronite Amine Malouf qui est loin d’être un islamiste djihadiste…



Avec Destin français, Éric Zemmour embarque le lecteur dans la machine à remonter le temps et revisite 1500 ans d’histoire : de Clovis à Charles de Gaulle, des croisades au djihad contemporain.

Zemmour ou Astérix le Gaulois

L’histoire de France coulait dans mes veines, emplissait l’air que je respirais, forgeait mes rêves d’enfant ; je n’imaginais pas être la dernière génération à grandir ainsi. J’ignorais que ma date de naissance serait décisive: je vivais au XXe siècle mais en paix, loin du fracas des deux guerres mondiales, et de la guerre d’Algérie ; je me réchauffais pourtant encore aux ultimes feux de l’école de la IIIe République. J’évoluais entre deux époques, entre deux mondes. Je grandissais dans l’abondance de la société de consommation et pourtant mon esprit vagabondait dans les plaines héroïques d’hier. J’étais abonné au Journal de Mickey, mon corps se gavait de fraises Tagada et de rochers Suchard, mais ma tête chargeait avec les cavaliers de Murat dans les plaines enneigées d’Eylau. Je vivais le meilleur des deux mondes. Je ne mesurais pas ma chance. Nous apprenions tous à lire et écrire selon la méthode syllabique ; mon orthographe était impeccable (à l’exception d’un désamour […]


 – Le Figaro


Nouveau concept : Zemmour, le juif pratiquant athée !


Robert Fisk dénonce l’armement de Daech par l’Occident !