Mike_Pompeo_chef_diplomatie_américaine
Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, à Washington, la capitale fédérale américaine, le 21 mai 2018. (YASIN OZTURK / ANADOLU AGENCY / AFP)

La mafia criminelle de la Maison-Blanche est en train d’expliquer qu’elle veut mettre à genoux l’Iran en lui imposant des sanctions financières les plus fortes de l’histoire. Ces sanctions sont tellement importantes qu’elles plombent même l’économie américaine, c’est dire à quel point la débilité des dirigeants Yankees est inédite dans l’histoire puisque leur volonté de se soumettre au lobby sioniste et aux intérêts de l’entité scélérate les pousse à mettre leur propre peuple en faillite !

Quand dans l’histoire moderne, un groupe de mafieux et de criminels a-t-il pris le pouvoir de la sorte et s’arroge-t-il le droit de distribuer les bons et les mauvais points ? Tout ceci bien évidemment avec le silence complice des pays de l’union européenne, silence qui va également avoir des conséquences graves sur leur économie en général et celle de la France en particulier.


« Le monde d’aujourd’hui n’accepte pas que les États-Unis décident pour lui (…) Qui êtes-vous pour décider pour l’Iran et le monde ? L’époque de telles déclarations est révolue », a répondu, mardi, le président iranien Hassan Rohani.

Nouveaux échanges entre Washington et Téhéran. Lundi 21 mai, les Etats-Unis ont menacé l’Iran de sanctions « les plus fortes de l’Histoire » si le pays ne se plie pas à leurs conditions draconiennes pour conclure un « nouvel accord » après le retrait américain controversé du texte sur le nucléaire iranien.

« L’époque de telles déclarations est révolue », répond Rohani

« L’Iran n’aura plus jamais carte blanche pour dominer le Moyen-Orient », a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo en présentant la « nouvelle stratégie » des États-Unis après la décision fracassante annoncée le 8 mai par Donald Trump. Dans son discours, l’ex-directeur de la CIA a assuré que les États-Unis allaient exercer une « pression financière sans précédent sur le régime iranien », affirmant que les récentes annonces ne sont « que le début ».

« Le monde d’aujourd’hui n’accepte pas que les États-Unis décident pour lui (…) Qui êtes-vous pour décider pour l’Iran et le monde ? L’époque de telles déclarations est révolue », a réagi le président iranien Hassan Rohani.


France TV Info / AFP