NOFI-soral-2sur3


Nous avons tous entendu parler (et continuons d’entendre parler) d’Alain Soral. Ce monsieur aux motivations obscures qui s’érige souvent en dissident et défenseur des opprimés. Seulement voilà, à plusieurs reprises, force a été de constater qu’il n’était pas celui qu’il prétendait être, ni pour ses prises de positions concernant les descendants d’immigrés, ni même en tant qu’intellectuel.

Soral le boxeur, Soral l’académicien, Soral le philosophe… tous des personnages purement inventés dans le but de prospérer dans le star-système. Salim Laïbi, auteur de Le Mythomane, a réalisé ce long travail d’enquête pour nous livrer de sordides vérités sur ce supposé  Robin des Bois des temps modernes.

Entretien.


« Alain Soral (…) n’est que la marionnette désarticulée d’un plan global qui le dépasse totalement. »


Avez-vous été aidé dans cette enquête ?

Oui, bien sûr. Afin de réaliser cette enquête unique en son genre, il m’a fallu avant toute chose lire tous les livres d’Alain Soral, mais également passer en revue un très grand nombre de ses vidéos. Quelques personnes de mon équipe m’ont aidé à faire le tri et à sélectionner les passages les plus pertinents. Car, figurez-vous, on a quasiment toute la matière dont on peut avoir besoin en se référant à ces deux sources officielles.

J’ai eu également accès à des témoignages très importants d’ex-membres de la secte Égalité & Réconciliation complètement démoralisés du comportement d’Alain Soral. Je connaissais personnellement les responsables marseillais qui ont tenté avec insistance, mais en vain, de me rallier à leur cause depuis quelques années. Nous avons eu également à travailler avec les éditions Kontre Kulture, sa maison d’édition, auxquelles nous vendions nos livres, ce qui nous a permis de connaître parfaitement la manière de travailler de ce dernier. Précisons d’emblée que dire d’Alain Soral qu’il travaille est un bien grand mot, sachant que ce sont toujours les autres qui font le travail à sa place. Le rythme de vie très curieux qu’il s’est choisi, faisant de lui un noctambule incorrigible, adepte de morphiniques (Subutex®), l’empêche de se coucher avant le petit matin, selon ses propres mots. On imagine difficilement quelqu’un capable de produire quoi que ce soit entre 17 heures et 18 heures dans le monde classique du travail, tel que nous le connaissons tous. Lire la suite ici…


Semaine-Alain-Grosal